Accueil du site > Actualité > Actualité > Le quota global fixé à 152.000 unités

Marché automobile Algérien de 2016 : Le quota global fixé à 152.000 unités

30 commentaires

Publié le mercredi 13 janvier 2016 à 13:54, par Khaled A.

Le quota global d’importations auquel seront soumis les secteurs concernés par le régime de licence d’importation est désormais connu.

La quantité globale de véhicules autorisée à être importée est désormais connue avec un plafond de 152.000 unités, alors que le total de l’importation de l’année dernière était autour 300.000 unités.

Ce contingent concerne les véhicules automobiles pour le transport de dix personnes ou plus (chauffeur inclus), les véhicules de tourisme et autres véhicules automobiles principalement conçus pour le transport des personnes (y compris les voitures de type "break" et les voitures de course) et les véhicules automobiles pour le transport de marchandises.

Reste à connaître les réactions des acteurs du secteur qui s’attendaient à une réunion avec le ministère avant de voir le quota global fixé. Une rencontre devant réunir les différents concessionnaires devrait avoir lieu le 25 janvier pour débattre de la situation, mais cette annonce pourraît précipiter les choses.

Source APS

Vos commentaires

  • ]Le 13 janvier à 15:18[, par shinigami

    oulla..! le gouvernement en mode hardcore, attendons nous à 20% de hausse minimum cette année.

  • ]Le 13 janvier à 15:26[, par Ragnarök

    Quelle bande de cons.

  • ]Le 13 janvier à 16:13[, par Fuel

    Bonjour,

    Je vais changer mon pseudo vers "Water" ! Parce que là... garder Fuel serait risqué :’-)) .....Bon ça s’était uniquement pour la blague, pour le reste : No Comment !

  • ]Le 13 janvier à 16:24[, par KingOfTheRoad

    De toutes les manières ce chiffre sera atteint difficilement car plus d’Ansej, plus d’augmentations pour les fonctionnaires ainsi que la crise économique qui incite les gens à garder leur argent bien au chaud.

  • ]Le 13 janvier à 18:15[, par Linea R

    Si les prix augmentent, plus besoin de justificatifs !
    Sinon je trouve bizare que vous soyez indigné, pas d’argent le petrol continue a baissé, les gens ne veulent pas travailler, pas d’economie alternative preferant l’argent facile pendant une decenie et 1/2, maintenant c’est bon, plis rien khlassou derahemena , ceux qui se sont remplis les poches peuvent aller vivre ailleurs, les autres qui ete satisfait des miettes qu’on nous donner pour rien faire et ben il est temps de se réveiller le matin pour bosser.

  • ]Le 13 janvier à 19:01[, par mizand

    @Ragnarök
    com franc et direct

  • ]Le 13 janvier à 20:47[, par KingOfTheRoad

    @Linea R : je suis désolé mon ami, ton discours relève de la pure propagande de l’Algerian bashing, cette légende de l’Algérien fainéant qui ne veut pas travailler est vraiment infondée, la vérité c’est que y a pas de travail digne et acceptable et qui vaut la peine de perdre sa santé et sa jeunesse pour lui, car oui le travail n’est pas bon pour la santé, un ouvrier pour 1000 Da la journée sans assurance santé n’est pas rentable au bout de 10 ans tu déboursera plus que tu as gagné en frais médicaux pendant que le patron se goinfre et gagne encore plus, je ne suis pas communiste, mais je suis pour une répartition équitable des richesses, et je dis Dieu merci qu’on a pas hérité une d’une culture type asiatique qui se tuent en travaillant.

  • ]Le 13 janvier à 21:59[, par mizand

    @KingOfTheRoad
    tu veux dire quoi par plus ansej, il n accorde plus de prêt pour des voitures ? ou plus d ansej tout court ?

  • ]Le 13 janvier à 23:14[, par momo

    C’est simple ! Tout le monde roulera en Symbol MIB, de toute façon, à l’allure où vont les choses, il ne restera plus que la SYMBOL MIB qui sera "accessible" !

  • ]Le 13 janvier à 23:53[, par LRM

    Je crois qu’on est arriver a un stade ou il est difficile d’évaluer la productivité des algériens, a cause surtout du system étatique/culturel de distribution de la rente en forme de postes dans les entreprises publiques, au plus méritent sois disent par le baie du system "éducative" qui est d’ailleur l’une des causes principale de nos malheurs si je puisse le dire.

    L’Algérien maintenant ne sais plus ou se donnée de la tète, une vrais coquille vide qui attend d’être remplis avec tout et n’import quoi, a vrais dire il est vide car l’Algérie na pas cette matière pour le remplir, elle s’appelle la culture, c’est pour ça que notre "pays" apparaît si fragile et si exposé au violences et autres dissension régionale en cas de crise,comme la Syrie tout le monde s’enfuira sans regarder derrière, car personne ne tien a sauvegarder ou a défendre ces terres auquel il s’identifie pas.

    Et pas seulement en cas de crise, même dans la vie de tout les jours au travaille ou dans les rapports avec l’environnement, la majorité se comportent comme s’ils sont ici que temporairement en attendent des jour meilleurs, bref aucun effort, l’immigration massive des algériens et aussi une preuve pour l’attachement presque inexistant pour le "pays" a part pour la famille ou par nostalgie/intérêt des vieux temps, ce qui est tout a fait logique.

    Je vous épargne mon avis sur le pourquoi de l’inexistence d’une culture propre algérienne...

  • ]Le 14 janvier à 01:04[, par mizand

    SYMBOL MIB :-)) tout un SYMBOLE pour dire où on vit http://missyshopperboutique.files.w... si vous voyez ce que je veut dire :’-))

  • ]Le 14 janvier à 10:54[, par momo

    Mizand trop fort :’-)):’-)):’-)):’-)):’-)):’-)):’-))

  • ]Le 14 janvier à 11:21[, par VeyronBugatti

    @ King of Road

    + 1000000000000000000000000000000000000000000000000

    Ton analyse est exceptionnelle sur la réalité de notre pays. L’ex gouverneur de la banque D’Algérie Hadj Nacer avait déclaré sur ARTE : "le drame de l’Algérie ; c’est la très mauvaise répartition des richesse" et Boumedienne à réussi son plan :" appauvrir L’Algérien, le poussé à travailler dans le secteur publique , comme ça il va dépendre du salaire et de la retraite de l’état (emmerder le privé et je sais ce que j’écris vu ce que j’avais subit pendant 6 mois en 2012) !!

    L’Algérien ne travail pas, L’Algérien machi mrabi !!! la technique du MMRC à réussi (MMRC : manipulé le peuple, le méprisé, le réprimé et bien sûr le culpabilisé) !!! Dernièrement le cousin ma dit : L’Algérien n’est pas éduqué et ne travail pas !! ce à quoi j’ai répondu : toi t’est éduqué et tu travail !!! il a dit oui alors j’ai répondu : donc t’est pas Algérien, t’est un martien !!!

    @ LRM

    + 1000000000000000000

    Ta raison, le père de famille pense au lait et aux pain de ses enfants et na plus de sous pour se cultivé, il ne peut même pas acheter un livre !!!! En 2006, pendant un mariage et comme par hasard une semaine avant la venue en Algérie de Feu HUGO CHAVEZ, j’avais dit que la loi des hydrocarbure est dangereuse pour les intérêts de L’Algérie (HMD elle fût abrogé avant le décret d’application), tout le monde a rigolé et il m’ont dit "t’est un has been, tu pense au pays !!!"
    Mais ou j’ai un avis différent de toi, c’est que j’ai un ami fils d’un condamné à mort qui est parti, car son père Allah yarhamou à subit des tortures juste après 62, l’été passé, il m’avait dit que malgré l’amour de la patrie inculqué par son paternel, il refuse que es enfants subissent notre système alors il reste à l’étranger !!!

  • ]Le 14 janvier à 11:22[, par VeyronBugatti

    Ont dit il faut que L’Algérien exporte et ont étouffe les exportateur, lire l’article d’hier sur El Watan :

    http://www.elwatan.com/economie/l-a...

  • ]Le 14 janvier à 13:41[, par mizand

    C était la revu économique de Veyron :)

  • ]Le 14 janvier à 14:21[, par Ragnarök

    Et la question : mais c’est la faute à qui ?

  • ]Le 14 janvier à 14:23[, par Ragnarök

    @mizand : Merci... C’est juste appeler un chat un chat.

  • ]Le 14 janvier à 15:18[, par LRM

    @ VeyronBugatti

    Beaucoup de ces personnes qui sont lier directement ou indirectement a la révolution savent qu’ils se sont fait avoir depuis le début, ils ont étais manipuler puis écarter pour laisser place au plus avide qui on pour objective de s’emparé d’un "bien" laisser vacant, avec tout le brainwashing pour s’inventer une légitimité ou carrément ce sacraliser et ce rendre intouchable, ton amis qui vie a l’étranger le sais très bien, ainsi que tous les révolutionnaires resté en Belgique, suisse ou autre, un révolutionnaire convaincu ne vivra jamais au dehors d’un pays auquel il a risquer sa vie pour, mais c’est pas la même chose pour les nôtres une fois qu’ils se sont rendu compte de la mascarade.

    Regarde seulement le scandale qui entour l’article de la constitution qui empêche les détendant de la double nationalité d’accéder au haut postes étatique, une preuve de plus que l’algérien immigré ou non na d’attache pour ces terres que par intérêt, ce qui est tout a fait compréhensible.

    @ Ragnarök

    Je vais paraître un peu extrême, mais c’est la faute a un pays qui a très peu d’argument pour existé en tant que tel, d’ou la sensation d’être toujours au bord du gouffre crise ou pas, on a jamais existé en tant que nation de part l’histoire, toujours annexé par d’autres puissances, et c’est pas quelque tribus berbères ou autre marchands de passage qui vont construire quelque chose dans le court terme, beaucoup de conditions sont absente pour faire de l’Algérie une réussite en tant que nation.

    déjà qui a dessiner nos frontière au premier lieu ? ces frontières représentant quoi ? sont’il légitime historiquement ? A t’on une langue commune que l’enfant apprend et perfectionne depuis l’enfance jusqu’à sa mort ? a t’on une culture qui donne une identité a l’algérien et une considération pour sont pays en même temps ?...

    bref des question qui vont te donnée une piste sur le pourquoi de l’échec.

  • ]Le 14 janvier à 16:30[, par Ragnarök

    @LRM : Navré l’ami, ta vision ne peut être mienne ;-)

    Si tu penses qu’il aurait été mieux pour nous qu’on soit une nation ayant semer la terreur en colonisant des peuples pendant des siècles et des siècles pour qu’on accède au savoir-vivre d’outre-mer, je préfère laisser tomber.

    Le peuple est comme un enfant. Il y’a toujours des gosses turbulents qui doivent être corrigés. L’exemple vient toujours d’en haut.

    Même si on admettait que Boumedienne ait commis des erreurs, son nationalisme ne fait pas de doute, contrairement au légume qui nous sert de président et ses acolytes. Eux, ils n’ont aucune fierté.

    Pour moi, aujourd’hui c’est le Russe qui doit être le plus fier de sa nationalité. Ils sont dans la mouise jusqu’au cou mais, eux, ils savent qu’ils défendent leur patrie.

  • ]Le 14 janvier à 16:31[, par VeyronBugatti

    @ LRM

    Le 1er parmi eux, c’est mon propre père qu’Allah lui prête une longue vie. La chance de ma vie est que un des membres de « 22 » : Mohammed Mechati était le voisin de ma boutique et chaque matin ; lorsqu’il sortait acheter son journal ; je l’inviter à s’assoir chez moi et je le harcelait de questions !!!!! Eh bien cher
    Ragnarok, d’après lui ce n’est surement pas la faute au peuple !!! Une virée au CPMC de Mustapha et tu va comprendre que notre peuple est victime !

    @ LRM Bis ; cet article 51 risque de nous privé du grand économiste Omar Aktouf (Québec) ou de Belgacem Haba (158 brevet d’invention en informatique dans la silicone valley en 2015) !!! et surtout de notre future ministre de l’informatique et de l’économie : MIZAND !!!! ou plutôt MIZAND 2019 Hahaha

    @ King of Road et LRM

    Vous êtes inviter de ma part à venir au Telemly à ma pharmacie (en face l’office du bac) et on va déjeuner ou diner au Debussy dans un resto Syrien ! à vous de choisir !!

  • ]Le 14 janvier à 16:49[, par Linea R

    Toutes vos interventions sont pertinente, mais je tient a rapporté mon avis,d’abord LRM, tout n’est pas blanc mais tout n’est pas noire :
    L’Algérie est une nation solide et toutes sont histoire le prouve car on a jamais connu vraiment la paix mais le pays est toujours là, y’a toujours eu ceux que tu decris qui n’ont pas d’attache mais y’a toujours eux les autres qui se sont sacrifier pour le pays, et de toutes les périodes je pense qu’on vie la plus dangereuse, car quand je lis ton commentaire, toi que je mettrais dans la case des gens éclairé et intelligent (a force de te lire,on se fait une opinion) je sens en toi une certaine résignation, le pourrissement est telle que on se demande d’ou viendra l’eclat de genie qui sauvera encore une fois ce beau pays, mais crois moi meme en 54 voir avant les gens qui aimer vraiment le pays n’avaient pas autant de soutien qu’on veut bien nous le faire croire dans nos manuel d’histoire.
    L’Algérie est une grande nation, car on parle pas tous la meme langue et qu’a l’est on s’habille pas comme au sud ,notre différence nous rend unique,notre darja n’est pas pure mais elle reflète toute notre histoire, parler par nos grands parents, on a toujours essayé de nos occupé militairement jadis et économiquement et culturellement aujourd’hui, mais je pense que l’algerie survivra meme au pourrissement de sa société, qui est devenu égoïste, opportuniste, consommatrice,le crédit a la consommation qui est entrain de se banaliser nous rendra encore plus esclave du materiel ,et je pense que le chalange d’aujourd’hui est encore plus difficile, que ceux d’hier car il y’a beaucoup de coquilles vides comme tu le dis tres manipulable et donc tres facile a corrompre, mais il ya encore des gens solide et integre mazale el khire, on le vois tout les jours, ils sont moins médiatiser car c’est l’époque qui veut ça, mais il ya toujours l’algerie des vrai algériens !

  • ]Le 14 janvier à 17:11[, par modval

    Les jeunes générations vont bientôt gouter aux mêmes joies que leurs parents à l’époque du "Bon Sonacome pour l’achat d’un véhicule entre 3 et 7 CV" suivi d’une attente de 10 ans en moyenne avant de recevoir l’inespéré carrosse magique.
    Savoiurer aussi les rocambolesques et si amusantes recherches de la pièce rare : Chaines de distribution, pompes à eau, batteries, lampes 12 V et autres bougies NGK culot court.
    Pendant ce temps, nos bien aimés et éclairés dirigeants persisterons dans l’auto-gloriole et continuerons à claironner qu’ils sont les plus beaux, les plus grands et les plus intelligents, eux qui nous ramènent tout droit vers "l’économie responsable" des années 70 dès que le pétrole s’effondre sur les marchés mondiaux

  • ]Le 14 janvier à 17:30[, par VeyronBugatti

    @ LineaR

    Ton avis est pertinent et respectable, mais ce n’est pas le mien, tu est livre d’avoir le tiens et moi libre d’avoir le mien !!! Certes il y a encore des hommes patriotes, de bonne volenté et intègres , mais dis-toi bien que cette thèse ont me la rabâche depuis au moins 40 ans et ça recule, y a quelques années une connaissance de très bonne volenté a finit mort écrasé par un semi remorque , je te demande de lire surtout le dernier paragraphe de l’excéllente journaliste Ghania Mouffak paru à ElWatan :

    Algérie, un peuple millénaire face au charabia de la Constitution
    Par Ghania Mouffok - 14 janvier 2016
    La nouvelle mouture de la Constitution algérienne, rédigée en charabia tant en français qu’en arabe révèle que la mauvaise langue est à la hauteur du dessein.

    « Les juristes et les érudits dans les deux langues de rédaction du projet de modification de la Constitution s’accordent à dire que ses deux versions n’ont pas été suffisamment épurées des vices de formulation qu’elles recèlent. La version en langue arabe est plus défectueuse que celle en langue française. » Apprend-t-on de Hamimi Merzoug, de l’université de Constantine (Algérie1.com). Il ajoute à propos de la traduction en langue arabe qu’elle aurait été : « (…) faite à la hâte par un traducteur improvisé manquant manifestement de compétence, cette dernière nous a été présentée infestée de distorsions graves de concordance entre l’énoncé en langue source et son correspondant d’arrivée. »

    Constitution : le retour du refoulé

    Autrement dit, les scripts, les juristes que l’état algérien de 2016 a choisis pour réviser la Constitution, écrire ses amendements, ne maîtrisent ni la langue arabe, ni la langue française, ni la traduction. Espérons qu’ils seront meilleurs en tamazight, langue désormais promue par amendement deuxième langue officielle. Dans ces amendements en déclarant, enfin, la langue amazigh comme langue nationale les décideurs par cette reconnaissance symbolique honorent la mémoire de tous ces militants berbérophones, essentiellement Kabyles, qui depuis des générations ont porté cette revendication comme une richesse nationale.

    De manière symbolique ils rendent justice aux derniers sacrifiés de ce combat, à tous ces jeunes garçons dont la vie a été écrabouillée par des grenades lacrymogènes tirées à bout portant par des gendarmes laissant sur ce champ de bataille inégal plus d’une centaine de morts dans les rues de Kabylie, les champs d’oliviers lors du funeste printemps dit noir, en 2001 et quelques milliers de blessés qui portent encore cette déchirure dans leurs corps mutilés.

    Mais du symbole à la justice le temps sera long. Comme restera long le temps de la réalisation de cet amendement renvoyé à une loi organique qui n’en doutons pas va soulever plus de questions qu’elle n’en résoudra comme l’écrit Yassine Temlali, journaliste et essayiste sans doute le plus brillant et le plus novateur de sa génération sur les questions de l’identité berbère : « Beaucoup d’Algériennes et d’Algériens s’interrogent déjà : l’officialisation de tamazight signifiera-t-elle l’amazighisation de l’administration et de la justice, etc. ? Et si oui, cette amazighisation concernera-t-elle les seules régions berbérophones ou bien l’ensemble du territoire ? Ces interrogations malheureusement, ne peuvent recevoir de réponse dans l’immédiat, aucun texte juridique ne définissant ce que c’est précisément qu’une langue officielle. »

    Et le tout est ainsi, plus qu’une Constitution ces amendements se déroulent comme un retour du refoulé, un catalogue des échecs et des résistances auxquels est confronté un régime en crise de légitimité.

    En attendant nous voilà dotés d’une deuxième langue officielle. Il faut dire « deuxième », même si dans la réalité elle est la troisième, puisque dans sa version originale la Constitution et ses nouveaux amendements sont écrits en langue française, la langue invisible de l’état algérien. Mais de là à reconnaître à la langue française le statut de langue officielle autant demander à ceux qui nous gouvernent de faire sauter les murs idéologiques derrière lesquels ils tentent encore de se camoufler en dépit de leurs énormes fissures.La faiblesse de leur langue est à la hauteur du dessein, petit et mesquin. Les rajouts au préambule en sont l’illustration.

    S’amuser à lire ces amendements rajoutés de ci de là au préambule de la Constitution, c’est comme voyager dans l’inconscient de ceux qui nous gouvernent enfermés dans la matrice idéologique du parti unique et de son bras armé.

    Si le peuple algérien est désormais promu en préambule « mille fois millénaire », il a été également ajouté : « sous la conduite du Front de Libération Nationale et de l’Armée de Libération Nationale, le peuple algérien a restauré dans toute sa plénitude, un Etat moderne et souverain. »

    Bien que mille fois millénaire que serait le peuple algérien sans le FLN et l’ALN, chauffeur légitimé ainsi pour l’éternité de la patrie ?

    L’imposture du FLN

    Mais pourrait-on demander de quel FLN s’agit-il ? Le FLN historique ou celui de A. Saadani ? On pourrait également demander de quelle ALN s’agit-il ? Celle de l’intérieur ou celle des frontières ? Celle qui nous tire dessus et qui se déchire aujourd’hui ou celle d’hier ?

    D’autant plus que le FLN actuel dirigé par A. Saadani s’est définitivement privé de toute filiation avec le FLN historique. En laissant sans réagir son Secrétaire Général déclarer, « La France nous a donné l’indépendance », et se balader entre Alger et Paris avec sa carte de résidence française, ce n’est pas seulement la réécriture du récit national qu’il autorise- une réécriture qui il y a à peine quelques années aurait valu à son auteur le titre de traître « au sang d’un million et demi de martyrs » et son bannissement du FLN- mais c’est toute son idéologie nationaliste qui irrigue l’Algérie postindépendance qui se retrouve sans parti, ni patrie.

    Il y aurait beaucoup à dire sur ces usurpations de sigles historiques, mais un préambule n’étant pas un cours d’histoire, le texte fondamental de l’Algérie indépendante gagnerait à s’alléger de ces légitimités exclusives à la lumière de l’histoire d’un peuple « plusieurs fois millénaire. »

    Un peuple qui a bon dos. Si pour le gouverner il a besoin du FLN et de l’ALN pour le reste il est le seul responsable de ses tragédies. C’est ce que suggère cet autre rajout : « Cependant, le peuple algérien a été confronté à une véritable tragédie nationale qui a mis en danger la survie de la Patrie. C’est en puisant dans sa foi et son attachement inébranlable à son unité, qu’il a souverainement décidé de mettre en œuvre une politique de paix et de réconciliation nationale qui a donné ses fruits et qu’il entend préserver. »

    Tragédie politique

    D’abord on peut se demander : qu’est-ce que vient faire la loi sur la Réconciliation nationale dans un préambule constitutionnel à moins de rajouter un amendement toutes les décennies noires ?

    Ensuite, ce style ampoulé digne de la Corée du Nord permet aux chauffeurs de la patrie de se dégager de toute responsabilité. La tragédie c’est comme une malédiction, on ne sait jamais d’où elle vient, elle tombe comme ça sur un peuple, un beau matin, Allah Ghaleb, il ne lui reste plus qu’à puiser dans sa foi et à ramasser les fruits pourris. Qu’est-ce que la responsabilité politique face à la tragédie ?

    Et, s’ils ne savent ni écrire la langue française et encore moins la langue arabe, ni même compter c’est qu’ils n’ont rien à dire de limpide tant ils sont prisonniers de leurs mensonges et de leur propagande. Ils sont à la fois dangereux et pathétiques, sans courage devant l’histoire ils se servent du peuple pour lui faire porter leurs échecs et essuyer sur son dos leurs couteaux pleins de son sang.

    Ghania Mouffok
    Journaliste indépendante, Ghania Mouffok vit en Algérie (Alger). Elle a longtemps écrit une chronique à TV5 et a collaboré à de nombreux journaux algériens et français (“Le Monde”, “Le Nouvel Observateur…). Elle a publié un livre de réflexion sur l’ouverture qui a marqué la presse algérienne durant les années 1988-1992- “Etre journaliste en Algérie, 1988-1995” (La Découverte)

  • ]Le 14 janvier à 18:04[, par LRM

    @ VeyronBugatti

    Merci pour l’invitation :-), mais je doit attendre que le véhicule sous dispo pour être plus libre. :-/

    @ Ragnarök

    On est loin de l’étape ou on pourra coloniser qui que ce soit ( militairement, économiquement, culturellement etc..) , j’essaye juste de comprendre pourquoi la mayonnaise " Algérie " ne veut pas prendre, d’ou mes question précédente.

    @ Linea R

    Ma conclusion et qu’il est encore trop tôt de parler de nation et de peuple, notre diversité a poser que des inconvénients pour ceux qui ont voulu bâtir un pays sur des bases fragile voir inexistante, de par l’histoire une régions passe par des dissensions et réunifications continuelle jusqu’à ce que les peuples voient par eux même l’intérêt de l’unification, et c’est la que la fameuse mayonnaise prendra effet :-).

    Maintenant et comme a était dit on est encore a l’état embryonnaire a l’échelle civilisationnelle, c’est une période cruciale car il peu y’avoir un rejet ou une immigration massive (Syrie) qui peu remettre en cause le probabilité de voir bâtir une civilisation dans cette régions, même si on passe cette étapes il y’aura probablement plusieurs autres dissensions/réunifications pour voir enfin quelque chose émerger du chaos, en bref "l’Algérie" d’aujourd’hui pourra ne pas ressembler a celle après 300 ans, je veut dire elle peu même porté un autre nom ou réunir d’autre pays voisin, ou au contraire d’être encore une fois sous tutelle d’un colonisateur.

    Bref la situation actuelle me désespère tellement que je commence a creusé dans le passé pour trouvé une explication rationnelle a propos notre présent et peu être le future, ces pistes dont on nie l’existence peuvent contenir un fragment de solution, une situation extrême mérite un remède extrême.

    Cette analyse n’engage que moi personnellement, ma vision ne veut absolument pas dire que je ne respect pas les vôtres, après tout ces juste des théorie, il faut continuer a réfléchir car s’arrêter c’est s’approché d’une perdition inévitable.

  • ]Le 14 janvier à 18:15[, par VeyronBugatti

    @ LRM

    + 10000000000000000000000000000000000000000 Analyse éclairé !

    Hier j’avais demandé au voisin pour qu’on demande l’autorisation de faire une marche contre le gouverneur (banque centrale) et le ministre de l’économie, ont ma regardé comme un extra-terrestre !!!!

  • ]Le 14 janvier à 18:39[, par LRM

    @ VeyronBugatti

    Merci pour l’article fort intéressent :-) et plein de vérité, encore une fois le problème de langue qu’on a est d’une dangerosité inimaginable, on ne peu pas continuer a ignorer le faite que sans une langue maternelle qui accompagne l’enfant dans sa scolarité jusqu’à l’age adulte, envisagé un future serin serait une utopie lointaine.

  • ]Le 14 janvier à 19:40[, par YOUGOURTHEN

    Par ici les enchères, par ici !!!

  • ]Le 14 janvier à 20:11[, par mizand

    j offre 480U pour un Picanto, qui dis mieux ?

  • ]Le 16 janvier à 10:42[, par KingOfTheRoad

    @VeyronBugatti : tu m’honores avec ton invitation, ces temps-ci je suis un peu débordé, mais je passerai te saluer un jour nchalalh.
    En plus ton histoire m’a donné la chair de poule, côtoyer l’un des 22 c’est à dire un des pères fondateurs de notre nation moderne est un grand honneur inestimable, ils étaient un exemple d’abnégation et de sacrifices pour la nation, certains ont été totalement ignorés voir lâchement effacés de l’histoire tel que Zoubir Bouadjaj.
    Pour les gens qui mettent en doute l’existence de notre nation, je suis désolé, on a toujours été une nation à part, nous sommes les descendants directs de tous les grands hommes et tous les guerriers qui sont tous originaires des territoires de notre actuelle jeune nation qui n’est que le fruit de leurs sacrifices et leur bravoure hors normes, faut pas croire aux conneries répondues délibérément par des mauvaises langues que l’Algérie n’a pas existé......
    C’est vrai que les corrompus ont infesté notre pays malheureusement et qu’il n y a jamais eu de la place ou de l’estimation pour les jeunes ce qui les pousse à désespérer, mais faut pas cracher sur le pays.

  • ]Le 17 janvier à 11:57[, par mizand

    les gars je vais être honnête, je me lis pas vos comme sur cette article car vous avez battus le record on nombre de longueur que j’ai l’impression de lire un livre B-) en tout cas bravo pour votre implication.

Répondre à cet article