Accueil du site > Actualité > Actualité > Le nouveau Centre Porsche Alger en image 3D

Sovac - Porsche Algérie : Le nouveau Centre Porsche Alger en image 3D

17 commentaires

Publié le dimanche 31 juillet 2016 à 17:50, par Dalil C.

Le nouveau Centre Porsche Alger se dévoile à travers une présentation d’images en trois dimensions.

Porsche, marque représentée en Algérie par le groupe Sovac, prépare depuis quelque temps son tout nouveau centre à Alger, un showroom dédié à la marque allemande et qui sera aux normes de cette dernière.

Ce tout nouveau Centre Porsche Alger se dévoile à travers une présentation en 3D. Dans ce nouvel espace dédié totalement à la marque allemande, la surface totale allouée est de 4 128 m² alors que la structure est bâtie sur 2 125 m². Il est composé de trois niveaux et de cinq espaces :

  • Espace Exposition : 560 m². Il peut accueillir jusqu’à 9 véhicules
  • Espace Ateliers : 510 m² avec 5 ponts dont un pour la réception
  • Espace Pièces de rechange : 230 m²
  • Parking Après-Vente
  • Parking Visiteurs

Ce nouveau Centre Porsche Alger hérite d’un espace au niveau du Relais du Sahel, à quelques dizaines de mètres de la direction générale de Sovac.

Lire également

Autowest 2016 : GMI annonce son projet d’usine de bus et cherche des sous-traitants
Tahkout Manufacturing Company (TMC) : Une quatrième ligne pour le Hyundai H1 et Hyundai H100
Groupe Volkswagen : MOIA, la nouvelle société de services de mobilité du Groupe Volkswagen

Vos commentaires

  • ]Le 31 juillet à 23:19[, par mizand

    en tout cas le rendu c est du 1D

  • ]Le 1er août à 18:16[, par LRM

    @ mizand

    Je suis d’accord, un rendu bien triste.

    Une formation diplômante d’infographiste me tente de plus en plus, tu en pense quoi Mizand ?

  • ]Le 1er août à 22:28[, par mizand

    je pense que c est pitoyable et pourtant on a des gens de talent, c est plus de les dirigeants sont pas assez bon et trop radins pour prendre les bonnes personnes, j ai évolué dans ce milieu donc je parle en connaissance de cause.

  • ]Le 2 août à 18:13[, par LRM

    @ mizand

    Ouai d’ailleur tout les secteurs sont concerner, mais je suis quand meme intéressé par ce domaine, d’autant plus que le marché de l’emplois n’est pas encore saturé dans ce domaine :).

    Sans oublier que c’est une passion pour moi.

  • ]Le 2 août à 23:42[, par mizand

    @lrm
    développe ta pensée, tu en es ou au niveau formation et qu est ce que tu veux faire au juste

  • ]Le 3 août à 11:20[, par LRM

    @ mizand

    Une sorte de reconversion, maintenant que je suis licencier en droit, je veut faire quelque chose que j’aime vraiment, ya deux centres de formation d’infographie au nord : un a blida et un a Alger, je vais surement m’inscrire sur l’un deux si c’est possible.

    Et contrairement au secteur juridique, l’infographie est encore un domaine un peu méconnu ici, ce qui offre plus d’opportunité d’emplois a l’avenir, d’autant plus qu’il ya pas vraiment de concurrence entre diplômée universitaire et diplômée BTS vue qu’il existe que des BTS dans cette spécialité.

    Et puis si je veux un jour devenir designer B-), il faut bien commencé par la !

  • ]Le 3 août à 14:32[, par mizand

    @lrm
    je vais te donner mon impression de ce que j ai vu sur le terrain et a toi de voir, j ai vu sur le marche les gens avec ce BTS d art graphique qui n a rien a voir avec les vrais art graphique, car a ma connaissance les seuls vrai avec un niveau c est les beaux arts, j ai même encadre il y a longtemps quelqu un pour son mémoire de son BTS.
    Moi j aime bien les gens des beau art car ils savent transmettre le message, l inconvenant, ils sont artiste et passent l idée commerciale qui s adresse a tout un publique, pour eux il faut que ca soit beau uniquement.
    Il y a aussi les autodidactes qui sorte avec n importe quelle diplôme universitaire qui travail et qui évolue sur le marche et qui sont demandés comme si il avait un diplôme dans la discipline.
    Dans ce monde c est que le résultat qui compte.

  • ]Le 3 août à 15:37[, par LRM

    @ mizand

    L’école supérieur des beaux arts enseigne l’infographie ?

    Pour être honnête je veut juste un diplôme pour être reconnu officiellement sur le marché du travail, je compte pas trop sur eux pour m’apprendre quoi que ce soit vue que je suis plutôt autodidacte et que j’ai en quelque sorte ma façon de travaillé et mes exigence en term de résultat, et s’il ya quelque chose intéressent a apprendre d’eux je suis preneurs.

    S’il ya un diplôme universitaire en infographie je veut bien le faire, mais apparemment il ya que des BTS.

    A part les competences de chacun, crois tu que c’est un domaine d’avenir en Algérie ?

    Merci pour les infos.

  • ]Le 3 août à 15:54[, par LRM

    Ou alors vendre un bras et un œil (ou deux) et faire ces etudes a l’étranger. :’-))

    Mais bon, tentent notre chance d’abord ici. :’-(

  • ]Le 3 août à 19:42[, par mizand

    @lrm
    les beaux art enseigne les différents arts, pas l infographie, mais tu auras besoin du sens artistique pour avoir ta touche qui fera de toi quelqu un de diffèrent et te faire un nom, sinon tu reste un élément technique.
    Pour le reste je t ai dis pour être reconnu en Algérie tu n as pas besoin justement de ce diplôme, et ailleurs les diplôme algériens de ce type ne sont pas reconnus, donc 0 intérêt.

    Pour son avenir, a l étranger non, déjà c est mal paye, ici c est le statuquo donc ce qui bon maintenant sera bon dans 10 ans, mais croit pas que c est la poule au œuf d or, il faut faire du freelance avec ces avantages et inconvénient, tu as aussi des logiciels de plus en plus facile a utilises que maintenant on a plus besoin de professionnel, regarde il y a 10 pour détourer un objet sa permet plusieurs minutes et une bonne connaissance, maintenant en 2 deux.

  • ]Le 3 août à 20:51[, par LRM

    @ mizand

    Je comprend ton point de vue, quoi que les logiciels 3D ne sont pas encore accessible au premiers venu.

  • ]Le 4 août à 16:19[, par mizand

    @lrm
    mon 3d abordable pour tous, bientôt je pourrai te montrer ca.

  • ]Le 4 août à 16:21[, par mizand

    pas au premier venu, juste de la persévérance, mais moins select qu avant

  • ]Le 5 août à 01:35[, par LRM

    @ mizand

    Y’a pas vraiment de logiciel facile a utilisé dans l’industrie, a part la visualisation, tous les logiciels 3D sont extrêmement difficile a prendre en main si tu na pas la motivation et 2 années de temps libres pour en faire le tour.

    Meme pour les logiciel d’illustrations ou de retouches, les outils sont plutôt accessible mais pour sortir un résultat exploitable il faut savoir les utilisé, et ça sa s’apprend pas en une semaine, meme chose pour la modélisation, pour savoir tiré partie de tous les outils il faut plusieurs années de pratiques.

    De ma petite experience, les logiciel qui sont soit disent facile a utilisé ne permettent pas d’avoir des résultat exploitable professionnellement, vue le peu de contrôle offert, le résultat sera toujours mediocre.

  • ]Le 5 août à 02:03[, par LRM

    @ mizand

    J’ajoute aussi que les logiciels et la modélisation sont infiniment plus complexe aujourd’hui, je vais essayer d’expliquer ;

    Avant on ne visais que rarement le photorealisme dans la majorités des domaines CG et la quantité de details exigé étaient bien moins importante vue la puissance des machines de l’époque, le publique ne faisait généralement pas attention au details vue la faible resolution des écran.

    L’outil de travail se composé généralement d’un éditeur de meshes basique et un moteur de rendu ( généralement externe et payent ) composé essentiellement de deux shader ( matière ) : diffuse ( couleur mate ), specular/glossy ( brillant ), et un outil de dépliage UV pour les textures, qui données des résultat passable avec quelque raccourcis et effet post production.

    Pour une voiture a l’époque il te fallait 5000 vertex pour avoir un résultat dite de qualité, maintenant avec la quantité de details exiger il faut carrément tissé des centaines de milliers de vertex a la main et assigner a chaque portion des textures et couleur propre sans foutre en l’aire le réalisme et l’harmonie du tout, un jeux video par exemple se faisait en 1999 en équipe de 20 pour une grosse production, maintenant pour un gros titre AAA il faut a peu prêt 1000 personne par studio dont la majorité se compose de 3D artistes pour finir le projet en 2 ans, pour te donnée une idée sur la quantité de details exiger maintenant.

    Il est claire que les éditeurs de logiciels essayent de facilité un peu la tache pour leur clients en simplifient certains aspect, mais vue la complexité croissante demandé dans l’industrie, ces facilité sont vite oublier par les contraintes et les défies technique que les artists sont quotidiennement entrain de surmonter.

    Conclusion, Il est peu être plus facile maintenant de sortir le meme résultat qu’au 1999, mais l’exigence d’aujourd’hui n’est plus la meme qu’hier.

  • ]Le 6 août à 08:43[, par mizand

    @lrm
    un jour on va se rencontrer et on va en discuter en profondeur de ca pour pas étirer ici le HS désolé AutoHSalgerie et pour mieux débattre, mais juste un point qu il faut pas confondre entre exigence et réalisation, plus on avance, plus on devient exigent, mais la on parle d une autre planète appelé la Terre, en non la planète Made in bladi

  • ]Le 6 août à 10:32[, par LRM

    @ mizand

    Tout a fait d’accord !

Répondre à cet article