Accueil du site > Actualité > Actualité > La Volvo 164 fête ses 50 ans

Histoire automobile : La Volvo 164 fête ses 50 ans

Publié le mardi 28 août 2018 à 16:43, par La rédaction

En 1968, tandis que certaines parties du monde vivaient des bouleversements, à Göteborg en Suède, les collaborateurs de Volvo étaient bien loin de penser à la révolution, les esprits étant occupés par le lancement d’une nouvelle voiture, la 164.

L’idée de concevoir une voiture légèrement plus grande et plus luxueuse mûrissait depuis longtemps. À la fin des années 1950, on imaginait déjà une somptueuse et imposante Volvo dotée d’un moteur V8 et d’une calandre verticale exprimant la puissance. Ce projet a cependant été abandonné lorsqu’une étude publiée en 1960 révéla que les voitures compactes étaient l’avenir de l’automobile, en particulier aux États-Unis.

Toutefois, le lancement de la série 140 en 1966 a relancé l’idée d’installer un moteur à six cylindres en ligne sous le capot de la 140. Volvo aurait ainsi pu conjuguer prestige et volume compact, une association qui devait, le constructeur en était persuadé, répondre aux attentes des consommateurs.

C’est pourquoi le designer en chef, Jan Wilsgaard, a conservé le châssis de la série 140 et repris l’avant du projet 358 des années 1950. Le logo de la marque représentant le symbole du fer trônait une nouvelle fois en bonne place sur la diagonale à l’avant, comme sur la première Volvo de 1927 et sur les modèles d’aujourd’hui.

Le châssis de la 140 a également été allongé de 10 cm du pare-brise vers l’avant pour accueillir le moteur à six cylindres en ligne alors récemment développé : un B30 de 3 litres d’une puissance de 145 chevaux grâce au double carburateur Zenith-Stromberg.

Un communiqué de presse publié en août 1968 annonçait avec fierté que la boîte de vitesses allemande ZF disposait de l’Overdrive (surmultiplicateur à commande électrique sur la 4ème vitesse) , le levier de vitesses relativement court étant placé sur le tunnel de transmission situé entre les sièges avant.

Les finitions de la 164 étaient considérablement plus luxueuses que celles de la 140 : les sièges étaient habillés d’un épais tissu de laine, les tapis de sol étaient fabriqués en tissu et les sièges arrière étaient conçus pour deux passagers avec un accoudoir central rabattable.

Après la première année de production, la 164 fut habillée de cuir de série et équipée d’un éclairage auxiliaire intégré de type halogène et d’appuis-tête. Aux États-Unis, ce modèle était bien évidemment proposé avec vitres électriques, toit ouvrant électrique, climatisation et vitres teintées.

Lorsque le magazine américain Car and Driver a publié les essais de la Volvo 164 dans son édition de juillet 1969, les lecteurs ont pu découvrir le public cible de la nouvelle voiture :

« Volvo cherche à détourner les acheteurs des showrooms de Buick, Oldsmobile et Mercedes, et le constructeur y parvient. Docteurs, avocats, dentistes… : les nouveaux clients de Volvo sont des professionnels qui peuvent se permettre d’acheter une voiture différente. ».

Le slogan d’une publicité américaine pour la Volvo 164 abondait en ce sens : « La voiture de luxe qui prouve que votre richesse ne tient pas qu’à l’argent » (The Luxury Car That Shows You Have More Than Money).

Le développement de la Volvo 164 a été continu, notamment avec l’ajout de fonctionnalités telles que l’injection électronique du carburant (à partir de l’année modèle 1972).

Le dernier modèle a été fabriqué en 1975 et toutes les voitures produites cette année-là ont été exportées aux États-Unis. À cette époque, la 264, destinée à remplacer la 164, était déjà en production.

5 informations peu connues à propos de la Volvo 164 :

- Une seule Volvo 164 a été transformée en ambulance. Le service dédié aux véhicules spéciaux de Volvo a fait fabriquer un prototype bien plus haut et doté d’un empattement plus long. Bien qu’un seul de ces véhicules ait été fabriqué, il est devenu précurseur des ambulances qui allaient être créées sur la base du break Volvo 265.

- La production de la Volvo 164 a été délocalisée à Kalmar (en Suède) en 1974. Les méthodes utilisées par la nouvelle usine Volvo étaient très modernes pour l’époque. Les voitures étaient déplacées sur des chariots sur batterie contrôlés par des boucles au sol. Les ouvriers travaillaient en équipe pour assembler les voitures et pouvaient surveiller la production à tour de rôle. Il leur était également possible de tourner sur les différents postes de travail.

- Le prototype du coupé de luxe Volvo 262C, fabriqué en Italie, a été basé sur la 164. Le carrossier Coggiola l’a transformé en un coupé deux portes qui ressemblait plus ou moins au modèle de production à une grande différence près : le prototype avait conservé l’avant de la 164.

- Le moteur B30 à six cylindres de la Volvo 164 a aussi été réutilisé dans de nombreux véhicules militaires tout terrain créés par Volvo. Un modèle du moteur B30 doté de trois carburateurs a même été produit par Volvo Penta pour la Marine.

- Lors du Salon de l’automobile de Genève de 1970, le carrossier italien Zagato a choisi le coupé sport 3000 GTZ pour orner son stand. Cette voiture était équipée d’un moteur B30 et possédait la structure mécanique de la 164. Si l’on en croit la rumeur, le seul prototype jamais fabriqué existerait encore…

Répondre à cet article