Accueil du site > Actualité > Actualité > La société chargée des travaux de réhabilitation de la raffinerie (...)

Carburants : La société chargée des travaux de réhabilitation de la raffinerie d’Alger connue avant fin juillet

Publié le lundi 27 juin 2016 à 10:25, par APS

Le projet de réhabilitation de la raffinerie d’Alger, à l’arrêt depuis plus d’une année suite à la résiliation du contrat avec la société française Technip, sera attribué avant fin juillet à une autre compagnie, a annoncé dimanche un haut responsable de Sonatrach.

Pour la raffinerie d’Alger, "on sera fixé avant la fin de la deuxième quinzaine de juillet sur la société qui sera chargée de la reprise des travaux", a affirmé le vice-président aval de Sonatrach, Akli Remini, qui intervenait lors d’une conférence de presse animée par le P-dg du groupe, Amine Mazouzi.

Le contrat initial de réhabilitation de la raffinerie d’Alger, située à Sidi R’zine (sud-est d’Alger), avait été conclu en 2010 avant d’être résilié en 2015, rappelle-t-on.

Une fois remise en service, cette unité verra sa capacité de production en gasoil passer de 737.000 tonnes/an à 1,18 million de tonnes/an ainsi qu’un doublement de la capacité de production de l’essence super avec une hausse conséquente des capacités de stockage de carburants.

En 2014, la raffinerie d’Alger a traité 2,8 millions de tonnes de d’hydrocarbures.

Le même responsable a, par ailleurs, indiqué que les travaux de réalisation des nouvelles raffineries de Hassi Messaoud et de Biskra seront lancés avant fin 2016.

Jeudi dernier, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a procédé à la pose de la première pierre du projet de réalisation de la raffinerie implantée dans la zone industrielle pétrochimique de Sidi Abed (Tiaret), rappelle-t-on.

Selon M. Remini, ces nouvelles installations seront conformes aux nouvelles normes environnementales, notamment en matière d’économie d’eau. "Avec la réception de ces nouvelles raffineries, l’Algérie passera du statut d’importateur à celui d’exportateur de carburants", selon le même responsable.

Répondre à cet article