Accueil du site > Actualité > Actualité > La position de l’AC2A

Véhicules de moins de 3 ans : La position de l’AC2A

17 commentaires

Publié le mardi 20 septembre 2016 à 14:04, par Khaled A.

L’Association des Concessionnaires Automobiles exprime, via un communiqué que nous reproduisons entièrement, sa position sur l’éventualité de la levée d’interdiction des importations des véhicules de moins de trois ans.

Suite aux déclarations rapportées, notamment par la presse nationale, de Monsieur le Ministre du Commerce au Forum El Moudjahid en date du 19 septembre 2016, l’AC2A, l’Association des Concessionnaires Automobiles et leurs Agents Agrées d’Algérie, par le biais de son Président, Monsieur Sefiane Hasnaoui, souhaite réagir et apporter un certain nombre d’éléments complémentaires.

L’AC2A, de par la nature même de ses objectifs mais aussi de par sa volonté continue d’être une force de proposition dans l’intérêt de notre pays et de ses citoyens, salue et supporte toute action venant à renforcer la cadre règlementaire assurant ainsi une démarche professionnelle dans le développement de son secteur d’activité.

Les réformes amorcées du secteur de l’automobile en Algérie, ont permis l’affirmation d’une normalisation technique dans l’intérêt du citoyen mais aussi l’implication industrielle nécessaire à un développement pérenne de ce secteur fortement créateur d’emplois pour notre économie. La normalisation de ce marché est une nécessité absolue permettant de garantir aux citoyens l’accès, à prix raisonnable et dans un cadre règlementé, aux véhicules d’occasion. La prise en charge de ce marché, via un cahier des charges précis et dans un cadre structuré et la seule solution viable permettant d’assurer un environnement saint aux acheteurs et vendeurs concernés. Cela est par ailleurs la seule garantie de traçabilité totale de l’ensemble des opérations et de bancarisation des flux financiers. Enfin, l’encadrement dans le cadre d’un réseau de distribution règlementé de la vente et l’après-vente des véhicules d’occasion, est l’unique voie permettant de sécuriser la prise en charge totale du client aussi bien dans le respect des garanties techniques, mais aussi de lutte contre les tentatives de dérive qui pourraient en découler. Par ailleurs, ceci permettrait de pouvoir, enfin, mettre en place une politique de reprise de véhicules dans le cadre d’achat de véhicules neufs par les citoyens.

Concernant le possible retour des importations de véhicules de moins de 3 ans, au-delà des aspects règlementaires et du cadre légal, il est fondamental de rappeler la nécessité de préservation de l’intégrité du parc automobile algérien, notamment l’effort de rajeunissement entamé par les pouvoirs publics, qui ont permis une amélioration notable du niveau d’émission de CO2, dans l’intérêt de la santé de nos citoyens, mais aussi l’intégration de nombreux équipements de sécurité, faisant de l’Algérie un pays leader sur la scène internationale.

L’AC2A se doit également de souligner les risques d’un retour des importations de véhicules d’occasion, si cela est mis en place sans concertation avec les professionnels du secteur et sans cadre règlementaire précis, notamment :

- L’absence de traçabilité technique du véhicule assurant une conformité totale et sans faille avec la normalisation Algérienne.
- L’absence de garantie technique du véhicule et les risques sécuritaires et de santé publique induits.
- L’absence de traçabilité des flux financiers assurant un contrôle des masses monétaires mais aussi une bancarisation évitant ainsi les écueils de l’informel.
- L’absence de collection de taxe au profit de l’état dans l’intérêt des citoyens Algériens et des générations futures.
- Risque sur la préservation de l’emplois. Le secteur de l’automobile organisé et structuré représente plusieurs dizaines de milliers d’emplois directs et plus de cent mille emplois indirects.
- La fragilisation de l’effort de développement d’une industrie automobile structurante.
- Les dérives attendues en opposition à la politique de quotas, nécessaire dans l’environnement actuel, laissant se développer un marché parallèle incontrôlable.
- L’interrogation sur le contrôle des sources d’approvisionnement et de leurs prix de référence, laissant apparaitre le risque de dérives multiples et nombreuses, en opposition à un secteur structuré et contrôlé assurant son rôle de créateur d’emplois et de richesses au profit de notre pays et de ses citoyens.

L’AC2A rappelle sa disposition totale à apporter aux pouvoirs publics son expertise et son support à toute volonté de professionnalisation et d’encadrement de son secteur d’activité, dans l’intérêt de l’Algérie et des Algériens.

Communiqué

Vos commentaires

  • ]Le 20 septembre à 14:23[, par LRM

    Ils font leurs autocritique maintenant ?

    Car c’est exactement la liste de quelques une de leurs agissement.

  • ]Le 20 septembre à 15:59[, par blumy31

    Une Bande d’escrocs cette AC2A.
    Donc : c’est bien quand c’est pour eux, c’est pas bien quand c’est pour tout le monde.
    Qui n’a pas importer des véhicules aux normes pendant des années ?
    Qui a fait perdre des milliards en devise avec leur double facturation ?
    Qui n’a pas pris les véhicules neufs sous garantie ? et appliquer des tarifs aléatoires et des augmentations aux clients ?
    Fragiliser une industrie automobile ? elle est ou et avec l’argent de qui vous comptez la financez ?
    Et maintenant que vous sentez le camembére vous sortez ce communiqué dans une langue de bois exemplaire.
    J’espère que l’importation sera ouverte à tout le monde comme on était avant et avec un taux bancaire avec des règles et conditions bien sure.
    Et ces concessionnaires doivent alors construire des autos qui coute moins chère pour encourager les gens à acheter local, c’est ça le discours de vrais hommes d’affaires et professionnels du secteur automobile.

  • ]Le 20 septembre à 16:00[, par The-Farmer

    « Une amélioration notable du niveau d’émission de CO2, dans l’intérêt de la santé de nos citoyens
    L’AC2A rappelle sa disposition totale à apporter aux pouvoirs publics son expertise et son support à toute volonté de professionnalisation et d’encadrement de son secteur d’activité, dans l’intérêt de l’Algérie et des Algériens. »

    wallah ça me fais rire de lire ça, comme ci que cette association se soucie du consommateur !! elle ne sert absolument a rien a part négocier leurs intérêts !
    C’est du pipo tout ça !!!

  • ]Le 20 septembre à 16:19[, par mizand

    heureusement pour eux que le ridicule ne tue pas

  • ]Le 20 septembre à 16:51[, par alinached

    L’avenir nous dira si c’est une bonne chose pour le citoyen

  • ]Le 20 septembre à 18:15[, par Ensiferum

    Comme mon ami The-Farmer que je salue au passage, j’ai bien rigoler en lisant ces quelques phrases... Ça sent le discours politique, et donc le mensonge !
    Qui se soucis déjà des émissions Co2 chez nous ?

    Et si ils pensent vraiment au citoyens, laissons donc le marché ouvert a tous, avec des lois qui ne permettent la revente qu’au bout d’un moment "2-3 ans". Ça stoppera net les ardeurs de la Mafia et ça nous permettra d’avoir des voitures a bon prix et de notre choix.

  • ]Le 21 septembre à 08:14[, par kakipop

    @Ensiferum
    ce n’est pas une solution envisageable ! la preuve avec les licences moudjahidine ;-)

  • ]Le 21 septembre à 11:55[, par Avatar1208

    Bonjour,
    De ma part cet article me donne envie de me ??!!cest a cause se cette association de malfaiteur avec des surfacturations ,des véhicule non conforme a la securité á des prix élevé que l’etat a établi un cahier de charge qui les a distabiliser,puisque plusieur concéssioneur en mis les clés sous la porte et les plus puissant on augmenter les prix a en perdre la tête.
    Si le gouvernement décide d’adopter l’importation des véhicules moin de 3ans pour le peuple ça sera un autre coup pour ses susseures de sang mais létat doit établire des condition favorable aux peuple car y’aura toujour des opportunistes .

  • ]Le 21 septembre à 12:39[, par Djamel

    Et voila maintenant qu’ils ont senti la moutarde monté au nez, tout à coup ils sont devenu des saints qui pense aux pauvres citoyens qui nous sommes, comme si c’est pas eux qui on augmenté une banale voiture de 3eme choix plus du triple de ça réale valeur.
    Il faut surtout pas leurs donné le monopole de la voiture d’occasion sinon il feront la même chose ; augmentation et magouilles !

  • ]Le 21 septembre à 13:34[, par Linea R

    Bon moi désolé mais j’ai pas lu le communiqué car ca ne m’intéresse pas.
    Pas contre je pense que cette histoire de moins de 3 ans dans un pays ou y’a pas de change réglementaire, sa ne pourra qu’etre négatif pour nous car sa va influé sur tout le reste et pas que l’auto ,car le prix informel de la devise augmentera et tout le reste suivera et notre monnaie continuera de chuter.

  • ]Le 21 septembre à 15:11[, par mizand

    A ce qui parrait c est annule, encore pire l etat va mettre le doigt pour gerrer les occases locale, cad plus de taxe

  • ]Le 21 septembre à 15:12[, par mizand

    retournement de situation organiser, on sait y faire pour ....

  • ]Le 21 septembre à 15:51[, par alinached

    Il n’y aura pas d’importation de véhicules d’occasion de moins de trois ans : la réintroduction de cette option a été discutée et débattue mais n’a finalement pas été retenue

    Source:http://www.tsa-algerie.com/20160921...

  • ]Le 21 septembre à 17:30[, par LRM

    Débattu par qui ? ou ? et quand ? et la société civile dont on fait partie dans tout ça ? n’a t’on pas droit a la parole ? qui nous représente vraiment ?

  • ]Le 21 septembre à 18:22[, par mizand

    @lrm
    chuuuuuuuuuuuut, c est secret:-((

  • ]Le 22 septembre à 13:33[, par The-Farmer

    Heureux de te relire ensiferum :-)

  • ]Le 22 septembre à 16:28[, par aminerona

    hééééé les hommes qui a financé la compagne boutef !!!!!! les amis c’est les concessionnaire doncccc c’été juste un petit geste pour refroidir le marché de l’occaz qui va reprendre de plus belle notre pays a besoin d’homme fort tel que mr rebrab pour redresser la barre

Répondre à cet article