Accueil du site > Actualité > Actualité > La nouvelle référence ? C’est bien parti pour !

Essai Peugeot 3008 GT 2.0 BlueHDi 180ch S&S : La nouvelle référence ? C’est bien parti pour !

2 commentaires

Publié le mardi 15 novembre 2016 à 10:56, par Khaled A.

La nouvelle Peugeot 3008 se prête à l’essai international et démontre toutes ses capacités à devenir l’une des référence du segment, si ce n’est la référence désormais à abattre.

Basé sur la nouvelle plateforme EMP2, le 3008 affiche 4,45 m de longueur (+8 cm), une largeur de 1,82 m (identique à l’ancienne génération), une hauteur contenue de 1,62 m (barres de toit comprises) pour un empattement qui gagne 62 mm (2675 mm). Avec ses roues de grande taille, sa stature en impose et sa garde au sol est de 22 cm. Les effets bénéfiques de la nouvelle plateforme EMP2, alliée à une véritable optimisation du ratio poids/encombrement/prestations à tous les niveaux, permettent d’afficher un gain de 100 kg en moyenne par rapport à la génération précédente. Les différentes versions du 3008 débutent ainsi avec des masses en ordre de marche de seulement 1325 kg en essence et 1375 kg en Diesel. A l’intérieur, toutes les cotes d’habitabilité sont en progression par rapport à la génération précédente avec un espace aux jambes à l’arrière de +24 mm, une largeur aux coudes avant et arrière de + 17 mm et + 4 mm respectivement ainsi qu’une garde au toit (version tôlée) de + 36 mm. De même, le volume de coffre, bien agencé, est en forte amélioration : avec 520 litres VDA 210 sous tablette, il est plus grand de près de 90 litres par rapport à la génération précédente (432 l VDA). Sa modularité lui permet même d’augmenter sa capacité de chargement jusqu’à 1580 litres !

- Design

Esthétiquement, le regard est happé par cette imposante calandre revisitée du 2008 facelift, ses feux au design compliqué et à la latérale qui se veut un clin d’œil au concept HX1 , ses barres de toit, son sabot de protection pour le bouclier et du plastique noir au niveau des passages, un capot long, horizontal et nervuré, un pavillon noir brillant (dès le niveau 2), souligné par un enjoliveur inox livré en série qui se prolonge jusqu’au béquet arrière qui surplombe une lunette arrière inclinée, qui n’est pas sans rappeler un certain Evoque, et un bandeau horizontal noir brillant qui intègre les feux à LED opalescentes. Ces derniers arborent les trois incontournables griffes distinctives, de jour comme de nuit, de la marque. On aime où on n’aime pas, ce 3008 est élégant, racé et a le "courage" de sortir des sentier battus du design conservateur de certains, et ça j’apprécie !

- I-cockpit, promesse tenue

L’intérieur adopte, sans surprise, l’évolution de l’i-cockpit, présenté sous toutes ses formes sur nos colonnes pendant le printemps, que nous découvrons dans une utilisation réelle. Peugeot ayant annoncé une réelle attention au choix des matériaux et le soin du détail, la prise de contacte avec le SUV du Lion ne peut que leur donner raison et il suffit de se mettre au volant pour s’en rendre compte et encore plus, dirions-nous sur notre version d’essai, la Peugeot 3008 GT. Une version qui vient chapeauter la gamme et qui, en plus de sa configuration sportive, s’offre des attributs stylistiques exclusifs aussi bien à l’extérieur qu’au sein de l’habitacle.

Tout est nouveau dans ce New i-Cockpit, ou presque, oui car les commodos sont les mêmes que ceux utilisés sur les modèles actuels, et surtout celui par où passent les commandes du régulateur de vitesse, dont le style n’a pas réellement évolué depuis plus d’une décennie. Peugeot justifie cela par le fait, d’une part, que ce soit un élément complexe qui fait passer plusieurs fonctions et, d’autre part, qu’il ne soit pas réellement trop visible pour l’utilisateur. Pour cela, ils ont préféré ne pas y toucher.

Pour le reste, tout y est, qualité des matériaux, finitions de qualité malgré quelques réglages d’ajustements sur certaines zones (faut les chercher c’est sûr), et technologie dégagent un bien-être immédiat dès qu’on s’installe derrière ce volant, désormais, à deux méplats, histoire de gommer les quelques critiques du premier petit volant de son i-cockpit, certains avaient du mal à trouver une position de conduite adéquate leur permettant d’avoir le volant compact dans une position optimum et de conserver une vue sur l’instrumentation. Et c’est à moitié de l’histoire ancienne, le grand écran de 12.3’’ haute résolution, qui prend place derrière le volant et remplace l’instrumentation de bord analogique, n’est pas totalement visible, les infos essentielles si, et il faut baisser ce volant pour lire convenablement toutes les informations qui s’affichent en cours de route. Cet affichage Peugeot 100 % numérique a la particularité d’être configurable à souhait puisque le conducteur peut paramétrer l’affichage selon plusieurs modes, dont une version qui n’affiche que le strict minimum d’informations. Il pourra également opter pour un mode "Personnel" qui regroupera des informations qu’il aura choisi selon son envie ou ses besoins, et qu’il positionnera séparément dans les parties droite et gauche de l’écran. Il se distingue ainsi par son affichage au design très moderne, avec des effets, transitions et modes dignes de jeux vidéo. Comme cette affichage des compteurs qui passe subtilement d’un design traditionnel rond avec aiguille à des anneaux 3D afin de libérer de la place au centre de l’écran.

Un second écran de 8’’ trône en haut de la console centrale. Il se dote de la technologie capacitive pour être plus réactif, même si cette tablette semble moins rapide de ce qui se fait en ce moment. Peugeot a opté ici pour un écran est fixe, un parti-pris du fait que bon nombre de commandes telles que la climatisation, téléphonie... passent par ce dernier, il est préférable qu’il soit à la disposition et à la portée du conducteur, à tout moment. Et c’est pour cela qu’au niveau de la console centrale on retrouve les "piano touch", une rangée de boutons "très aéronef" au nombre de sept qui reprend les fonctions les plus fréquemment utilisées allant dans un ordre de gauche à droite de la console.

Peugeot propose également un tout nouveau levier de vitesses au design inédit pour la version automatique, avec un pommeau qui fait office de commande et qui affiche également l’information. Son style rappelle, à l’image de l’écran central, une autre marque allemande, cette fois-ci celle qui arbore un logo à hélice. Germanisation dites-vous ? Vouloir (et pouvoir) allier la finesse française à la rigueur allemande afin de se hisser au rang de marque généraliste haut de gamme semble un exercice à la portée de Peugeot en tout cas ! Devant un tel "cockpit", les passagers arrière font figurent de "parents pauvres" même si l’espace aux genoux est meilleur et qu’on peut s’y mettre à trois adultes sans trop jouer des coudes. On regrettera néanmoins l’absence d’une banquette coulissante, la longueur supplémentaire ayant plutôt bénéficier au coffre, au seuil de chargement assez bas, dont le volume est l’une des références du segment.

- Équipements

Côté équipements, le Peugeot 3008 embarque l’Advanced Grip Control, système de motricité qui bénéficie d’un antipatinage optimisé avec cinq modes d’adhérence (Normal, Neige, Boue, Sable, ESP OFF) commandés par une molette située sur la console centrale, d’une monte pneumatique spécifique 18’’ M+S (Mud & Snow), du Hill Assist Descent Control (HADC) qui peut maintenir le véhicule à une vitesse très faible (3 km/h), apportant contrôle et sécurité dans des situations réputées anxiogènes. Cette fonction est activable via un push dédié sur la console centrale. De nombreuses aides à la conduite sont également disponibles sur le nouvel SUV du Lion telles que l’Active Safety Brake , Alerte risque de collision, Alerte active de franchissement involontaire de ligne (Active Lane Departure Warning), Alerte d’attention conducteur, Commutation automatique des feux de route, Reconnaissance des panneaux de vitesse et préconisation, Régulateur de vitesse adaptatif avec fonction Stop (sur BVA) et le Système actif de surveillance d’angle mort. En conduite urbaine, le conducteur bénéficie également d’assistances pour certaines manœuvres comme le Visio Park (vision 360°) ou encore la dernière génération de Park Assist. Pour l’histoire, le 3008 se voit octroyer une note de 5 étoiles au crash-test de l’EuroNcap.

Pour les amoureux du bon son, le 3008 propose en 1 ère mondiale un système acoustique haute-fidélité signé par la marque française FOCAL en option première monte.Ce système est doté de 10 haut-parleurs équipés de technologies exclusives FOCAL, offrant le plaisir d’un son pur et détaillé à bord du véhicule...et ce n’est pas mes oreilles qui diront le contraire même avec un volume au maximum juste pour apprécier un "Sultan of swing" comme dans un concert...quitte à donner l’impression d’un retour d’âge en pleine campagne de la région bolognaise.

- SUV ce 3008 ? Sûrement un "0" en plus...sur la route

Non, il ne faut pas s’y méprendre, ce n’est sûrement pas la note que reçoit le 3008 après sa prise en main sur près de deux-cents kilomètres dans la région de Bologne, parcours alliant une petite portion d’autoroute et une grande partie de routes de montagne menant vers Florence dont une portion de la célèbre Mille Miglia, une course mythique d’endurance sur route à la belle époque.

Mais avant d’aborder ce point, on revient sur les différences stylistiques de la finition GT qui, en tant que haut de gamme des finitions du 3008, s’offre quelques spécificités signant son exclusivité. Calandre exclusive bordée d’un jonc non plus chromé mais bi-aspect « Sanded Chrome », grille à damiers chromés, bouclier exclusif, des projecteurs Full LED de série et des indicateurs de direction à défilement séquentiel, élargisseurs d’ailes et sa monte pneumatique de 19’’ de série (235 50 R19) alliée à des jantes Boston bi-ton diamantée, lécheurs de vitres et de custode en inox et double canule d’échappement chromées disposées de part et d’autre du bouclier sont, entre autres, des éléments de style jouant la carte de la sportivité.

A l’intérieur, la version GT arbore donc des fines surpiqûres doubles cuivrées sur la coiffe de la planche de bord, les contre-portes ou encore les accoudoirs centraux. On retrouve ces surpiqûres cuivrées sur les sièges enveloppants recouverts d’un garnissage bi-matière TEP/ Alcantara, ou en option d’un cuir Nappa Mistral. Le décor de la planche de bord et des panneaux de portes est en vrai bois de chêne vieilli « Grey Oak », pour offrir un environnement inspiré du home design. Le volant compact arbore le logo GT en acier chromé sur son méplat inférieur - dont la jante est recouverte de cuir pleine fleur avec, là aussi, une surpiqûre cuivrée. La touche exclusive de l’ambiance intérieure de la GT s’appuie enfin sur une foule de petits détails démontrant le savoir-faire de la marque en matière de bien-être et de valorisation : touches de chromes acier satin dans l’habitacle, pédalier et repose-pied inox, seuils de portes avant inox, sur-tapis avec coutures cuivrées, garnissage de pavillon et de montants de baie noires etc.

L’exclusivité se prolonge même jusque dans le combiné à dalle numérique qui dispose d’une couleur spécifique cuivrée. Grâce au i-Cockpit Amplify, la Peugeot 3008 GT dispose en série d’un véritable chef d’orchestre pour amplifier l’expérience de conduite. Typage dynamique (avec le Driver Sport pack), intensité des éclairages, animations des écrans, paramétrage de l’ambiance sonore, diffusion de fragrances délicates, possibilité de bénéficier d’un système de massages multipoints aux places AV, il ne manque rien !

Place à la route et au comportement pour mettre fin à cette énigme du "0 en plus" car le 3008, profitant de la plate-forme EMP2 a dévoilé un comportement routier des plus dynamiques. Tradition de la maison, Peugeot a encore parfaitement maîtrisé les trains roulants et le châssis s’est montré ferme et précis. Et ce ne sont pas les parties sinueuses des routes de montagne qui allaient nous contredire. Volant légèrement rabaissé, au grand malheur de mon passager, le 3008 enchaîne les virages sans coup férir malgré ses dimensions et sa hauteur de caisse. Pas de roulis, pas de sous-virage, une direction vive et précise et l’on ne peut s’empêcher d’apprécier la maniabilité du petit volant. L’amortissement met en avant une assez grande souplesse tout en préservant un niveau de confort suffisant et fait convenablement son travail en absorbant de convenablement les aspérités et les inégalités de la route.

Le 2.0 litres Blue HDI de 180 ch à 3750 trs/min pour un couple maxi de 400 Nm à 2000 trs/min apporte un caractère sportif au SUV du Lion, tandis que la boîte EAT6 jouit d’un bon étagement mais qui, en mode "sport", pour encore plus de réactivité et de dynamisme, affiche une certaine longueur que les palettes au volant permettent d’effacer en choisissant le bon rapport...et puis on est en GT et l’esprit sportif veut également qu’on prenne du plaisir en jouant avec les rapports même en l’absence du bon et vieux levier de vitesse. Un plaisir qui nous a fait oublier qu’on était à bord d’un modèle mesurant 4,45 m de longueur et affichant une garde au sol est de 22 cm au point d’avoir l’impression de conduire une 308...quasiment.

- Bilan

Si on excepte les quelques petites critiques émises, cette nouvelle génération de la Peugeot 3008 dispose des véritables armes pour devenir la référence du SUV généralistes. La montée en gamme du Lion déjà notable sur la 308, l’est encore plus sur cet SUV qui ne manquera pas de faire trembler la concurrence.

Portfolio

Lire également

Seat : Le futur grand SUV sera produit en Allemagne
Women World Car Of The Year : Le Jaguar F-Pace succède au Volvo XC90
Usine PSA en Algérie : Au moins 5 sous-traitants dans les bagages
Groupe PSA : Le Pick-up Peugeot sera assemblé en Tunisie
Groupe Hasnaoui : Tabco et GHMedia pour le secteur automobile
Renault Algérie : Rendez-vous en ligne pour le SAV
Peugeot 3008 : On a testé le "Hill Assist Descent Control"
Peugeot Algérie : La 3008 GT ne viendra pas
Ford : Présentation du 1.0 litre EcoBoost avec désactivation des cylindres
Ford : La Fiesta se renouvelle
Essai à venir : Nouvelle Peugeot 3008
Essai Citroën C3 : Plus de personnalité, plus de confort
Peugeot : La 301 facelift se dévoile
Saida : Forfait "Freinage" à partir de 4690 DA chez Citroën

Vos commentaires

  • ]Le 15 novembre à 14:36[, par younecell

    Excellent reportage, magnifique 3008 !!!

  • ]Le 15 novembre à 17:39[, par Linea R

    Franchement c’est pas dutout ma tasse de thé, mais il faut avouer que Peugeot s’est surpassé, design tres courageux et tres reussi , intérieur a l’air d’etre une nouvelles références ,seul bémol l’absence de transmission intégrale, dommage d’avoir un Suv sans pouvoir avoir un 4x4, c’est comme les fausses sortie d’échappement.

Répondre à cet article