Accueil du site > Actualité > Actualité > La même en mieux

Essai Skoda Octavia restylée 2.0 TDI 150ch DSG6 Style : La même en mieux

3 commentaires

Publié le dimanche 19 février 2017 à 09:34, par Khaled A.

Après quelques années de bons et loyaux services, la Skoda Octavia III s’offre un restylage de mi-vie que nous sommes allés rencontrer lors des essais internationaux dans la région portugaise d’Aveiro.

Le modèle le plus emblématique de la gamme du constructeur tchèque, l’Octavia poursuit avec ce rstylage une vie de plus de 20 années avec l’objectif de rester l’enfant chéri de la marque tchèque. Un restylage qui vient redonner un second souffle à un modèle qui a affiché plus de 400.000 ventes en 2016. Un lourd héritage à assumer donc.

Dans le cadre du restylage du modèle, les dimensions extérieures de la Skoda Octavia ont légèrement changé. La berline gagne 11 mm (suite au nouveau bouclier) pour atteindre une longueur de 4 670 mm et la voie arrière s’élargit de 20 à 30 mm selon la version moteur. L’empattement qui reste à 2 686 mm, est une longueur plutôt inhabituelle pour un véhicule du segment des compactes. Comme de tradition, les passagers peuvent ainsi bénéficier, à l’avant et à l’arrière, d’un dégagement particulièrement généreux aux jambes, aux coudes et à la tête. Le volume intérieur du coffre de la berline est de 590 litres (1 580 litres avec les sièges arrière rabattus). Au-delà de l’esthétique, c’est avec sa dotation que l’Octavia restylée compte lutter à armes égales avec ses concurrentes. De nouveaux systèmes d’infodivertissement sont disponibles. Le « glass-design » tactile fait son apparition sur les systèmes de navigation Amundsen, Columbus, Swing et Bolero. Le système Columbus dispose désormais d’un affichage complet de 9,2 pouces ; le système est doté un hotspot WLAN et d’un module de carte SIM LTE pour une connexion très haut débit à Internet (en option). Côté « aides à la conduite », l’Octavia améliorent sa dotation avec le système de protection des piétons et le « Towing assist » qui prend le contrôle lorsque le véhicule est en marche arrière lors des manœuvres de remorquage. En outre, l’assistant de stationnement a été optimisé. Le radar de recul, associé à la détection des angles morts (Blind Spot Detection) et au Rear Assist, permet au conducteur de faciliter et de rendre plus sûres les manœuvres de parking.

Ces feux qui font tant jaserr

Après les photos officielles du mois d’octobre dernier, les premiers instants de la rencontre avec le restylage de la Skoda Octavia ne pouvait que s’orienter vers la plus gros changement, qui a fait couler beaucoup d’encre, celui des feux avant ! Ces feux double à signature LED qui nous font penser directement à l’ancienne Classe E de Mercedes-Benz et qui, pour beaucoup, a fait perdre à l’Octavia son côté sobre qui plaît tant à sa clientèle. Une décision que les responsables expliquent par la volonté de la différencier de la Rapid, la ressemblance étant trop forte...Pourtant l’Octavia avait de la personnalité, sa propre personnalité, c’est du moins notre avis.

Face à ce nouveau regard, une phrase d’un ancien responsable de Skoda nous revient en mémoire nous déclarant, bien avant la levée de voile de ce facelift, que « côté design, on aimera ou pas, il ne risque pas d’avoir de compromis ». Et c’est le cas, car si c’est moins choquant quand on la voit dans la vie réelle, votre serviteur ne s’y fait toujours pas, même si c’est un brin plus agréable avec le cerclage noir de la calandre comme sur la RS. La face avant s’offre également une petite retouche avec l’apparition d’une lamelle large au milieu de la calandre, divisant cette dernière en deux partie également, tandis que le cintrage chromée l’entourant est plus visible. Les nervures sur le capot apporte une touche plus agressive et la partie basse du bouclier est plus élégante grâce à des antibrouillard qui gagnent en finesse. La partie arrière s’offre également un léger rajeunissement avec des feux adoptant un nouveau dessin interne.

Solutions « Simply Clever », toujours plus

L’habitacle de la Skoda n’a pas changé si ce n’est l’adoption de matériaux de meilleure qualité et de l’écran 9,2’’ du système d’infotainement Colombus à finition « glass design » réagissant au touché le plus léger... ce qui posera quelques soucis quand on veut augmenter le volume (heureusement que les commandes au volant existent) mais également pour zoomer...question d’habitude rétorqueront certains.

Comme de coutume, ce qui frappe l’esprit c’est cette impression d’espace que dégage toute Skoda qui se respecte avec un espace aux jambes impressionnant . Et si à l’arrière on peut se sentir à l’étroit question largeur de coude si on voyage à trois, l’espace aux jambes est des plus généreux.

Les solutions pratiques pour améliorer le confort et faciliter la vie au quotidien sont un trait commun à tous les modèles de la marque et pour ce restylage, Skoda ne pouvait s’empêcher de rajouter quelques unes à l’Octavia à l’image de la clé personnalisable, permettant à plusieurs utilisateurs de sauvegarder leurs propres réglages du véhicule, du volant chauffant, des tablettes à l’arrière des sièges avant, des porte-bouteilles qui facilitent l’ouverture des bouteilles,deux ports USB à l’arrière...

Riche en équipements

Qui dit restylage dit mise à jour des dotations pour répondre à une clientèle de plus en plus exigeante mais également à une concurrence de plus en plus féroce. Ainsi, cette Skoda Octavia facelift s’offre de nouveaux systèmes d’assistance à la conduite tels que la protection prédictive des piétons, le Blind Spot Detection (Détection d’angle mort), le Rear Traffic Alert (Avertissement de circulation arrière), le Trailer Assist (Aide au remorquage) et le Crew Protect Assist (Système pro-actif de protection des passagers) qui viennent s’ajouter aux autres systèmes d’aide à la conduite déjà présents sur l’Octavia comme l’Adaptive Cruise Control (Régulateur de vitesse adaptatif), le Lane Assist (Aide au maintien dans la file), le Travel Assist (Aide au remorquage) avec Traffic Sign Recognition (Reconnaissance de la signalisation), le Park Assist (Aide au stationnement), le Driver Alert (Détecteur de fatigue) et autre Light Assist (Assistant intelligent de feux de route).

Toujours aussi rassurante sur route

Marché algérien oblige, nous optons pour la Skoda Octavia Style animée par le 2.0 TDI 150ch DSG6 ( en option) et « zappons » les moteurs TSI (malgré nous dirions-nous) avant de passer à la version animée par le 180 chevaux et disposant (de série) de la transmission intégrale. Bien calé dans le siège, la Skoda Octavia allait s’offrir à nous surtout que l’unité du test embarquait la régulation adaptative du châssis DCC, apparu sur l’Octavia au mois de juin dernier. Grâce à des clapets électriques qui régulent les paramètres des amortisseurs, trois modes de conduites sont ainsi proposés au conducteur : Confort, Normal et Sport. Par ailleurs, le DCC renforce activement la sécurité en basculant automatiquement en mode Sport si la conduite est particulièrement dynamique, notamment en virages, assurant ainsi plus de stabilité, une meilleure adhérence des pneus et des distances de freinage plus courtes.

Les premiers kilomètres se feront en toute tranquillité en mode « Normal » (mode de la majorité des conducteurs) qui confirme les impressions d’avant facelift, logique rien n’a changé côté plate-forme (MQB comme la Volkswagen Golf), proposant ainsi un excellent compromis entre confort et efficacité avec un moteur tout aussi tonique que linéaire dans les accélérations, malgré un léger temps de latence, tandis que l’amortissement, un tantinet ferme, absorbe efficacement les irrégularités de la route, encore plu à grande vitesse, et ce ne sont pas les routes à l’état semblables aux nôtres qui nous contrediront. En un mot, l’Octavia fait bien son travail.

Il faut donc passer par d’autres modes de conduite pour voir ce qu’apporte le DCC de nouveau et si le mode « Confort dégage une sensation de souplesse, le mode « Sport » permet de découvrir une Octavia suffisamment joueuse... dans la limite de ce qu’elle peut offrir à l’image d’une pointe à 180km/h sur une longue ligne droite dégradée de l’arrière pays de l’Aveiro, et cela sans éveiller la moindre crainte...si ce n’est celle d’un radar ou d’un contrôle. A saluer surtout les sièges avant pour le maintien durant nos moments « d’irrespect » tout comme le freinage qui s’est montré à la hauteur. Mais bon, il faut se rendre à l’évidence que cette version est plus agréable à vivre en mode sage, pour les plus passionnés, la version RS et ses 230 canassons (à défaut de la RS245) devrait leur apporter plus de mordant.

Bilan

Comportement tout aussi agréable que la version d’avant restylage, cette Octavia 2017 se démarque en plus par ses nouvelles dotations en technologie et en aides à la conduite. Reste que la clientèle algérienne sera mieux fixée dès la sortie de ce modèle de l’usine Sovac Production SPA, avec un moteur et des réglages adaptés à nos routes...Reste à savoir en quelle finition mais également à quel prix...ce dernier étant, avec les équipements, le fer de lance de la marque tchèque. Rendez-vous donc en été.

Portfolio

Vos commentaires

  • ]Le 19 février à 15:03[, par VeyronBugatti

    Merci pour l’essai Khaled !!! Belle voiture, pratique et de qualité en plus !!!

  • ]Le 20 février à 11:57[, par karim

    une date de commercialisation chez nous ?

  • ]Le 21 février à 01:01[, par YOUGOURTHEN

    Aïe aïe aïe ! J’imagine même pas les tarifs de SOVAC

Répondre à cet article