Accueil du site > Actualité > Actualité > La facture d’importation ne dépassera pas 1 milliard USD en (...)

Carburants : La facture d’importation ne dépassera pas 1 milliard USD en 2016

Publié le lundi 7 novembre 2016 à 13:25, par APS

La facture d’importation des carburants ne dépassera pas un (1) milliard de dollars en 2016 grâce à la réhabilitation des raffineries de Skikda et d’Arzew, a affirmé dimanche à Alger le vice-président de Sonatrach chargé de la liquéfaction, le raffinage et la pétrochimie, Akli Remini.

La facture d’importation des carburants ne dépassera pas un (1) milliard de dollars en 2016 grâce à la réhabilitation des raffineries de Skikda et d’Arzew, a affirmé dimanche à Alger le vice-président de Sonatrach chargé de la liquéfaction, le raffinage et la pétrochimie, Akli Remini.

"Nous avons un large programme de réhabilitation des raffineries. Celles de Skikda et d’Arzew ont déjà été réhabilitées et sont en fonctionnement. Grâce à cette opération, la facture d’importation des carburants ne dépassera pas un milliard de dollars en 2016, contrairement aux (années passées ndlr) où nous importions entre 2 à 3 milliards de dollars", a souligné M. Remini en marge de la signature d’un contrat entre Sonatrach et le groupe chinois CPECC pour la réhabilitation de la raffinerie d’Alger.

M. Remini a également rappelé le lancement dès 2017 de la réalisation de quatre nouvelles raffineries à Tiaret, Hassi Messaoud, Arzew et à Biskra, précisant que les contrats de réalisation de celle de Hassi Messaoud et Tiaret devraient être signés avant juin 2017.

"Notre objectif est de convertir nos matières premières localement et produire nos besoins en carburants à partir de 2018 et devenir exportateur de ces produits à partir de 2020", a encore souligné M. Remini ajoutant qu’un autre "grand projet" dans le raffinage sera annoncé au cours du premier trimestre 2017.

Interrogé sur la résiliation de contrat en 2015 avec la société française Technip, chargée de la réhabilitation de la raffinerie d’Alger, M. Remini, a expliqué que l’affaire est en arbitrage international, estimant que "la bataille s’annonce longue", mais Sonatrach "fera tout pour faire valoir ses droits et défendre ses intérêts".

Répondre à cet article