Accueil du site > Actualité > Actualité > L’usine PSA de Vigo comme référence pour PCPA

Peugeot Citroën Production Algérie : L’usine PSA de Vigo comme référence pour PCPA

Publié le mardi 20 février 2018 à 22:20, par Khaled A.

A quelques semaines du premier coup de pioche lançant les travaux de l’usine Peugeot Citroën Algérie Production, le directeur du projet, Hamid Mezaib, en dit un peu plus lors d’un tour de table au siège de Peugeot Algérie.

A la tête du projet en Algérie depuis deux ans après avoir fait ses dents durant plus de 20 ans au sein des usines de la marque française en tant que responsable (Argentine, République Tchèque, Espagne et Portugal), Hamid Mezaib veut mettre son expérience engrangée pour mener à bon port l’usine algérienne. Un long parcours dont l’une des étapes lui sert d’exemple pour l’usine Peugeot Citroën Algérie Production, celle de l’usine espagnole de Vigo et dont le schéma de développement fait office de feuille de route surtout par la mise en place du cluster des fournisseurs automobiles de Galicie (CEAGA) qui accompagne PSA dans cette usine la plus compacte du groupe.

Une usine PCPA dont autoalgerie vous a dévoilé les détails en exclusivité au mois de mars 2017 lors réunion du réseau Peugeot Algérie en présence du patron de la région Afrique et Moyen-Orient du groupe PSA, Jean-Christophe Quémard, et qui ont été confirmés lors de tour de table avec le fils de Bologhine, Hamid Mezaib. Ainsi, les bâtiments de ferrage et peinture, et les robots qui vont avec, seront bel et bien de la partie lors de la seconde phase de l’usine, une phase qui entrera en action entre la 3ème et 5ème année après le début de l’activité.

Engagée dans le PSA Excellence System, l’usine d’Oran profitera de l’académie PSA qui ouvrira ses portes cette année permettant la formation dans différents domaines de l’automobile allant du simple montage de pièces au digital dans un second temps afin de répondre aux standards de qualité de PSA, à indiqué notre interlocuteur. Le développement de la formation et de celui de la compétence sont deux leitmotivs qui sont souvent revenus dans la présentation du directeur de l’usine PCPA. Pour ce dernier, ce n’est "qu’en élevant la moyenne de l’éco-système qu’on peut aller de l’avant" et c’est d’ailleurs pour cela que le groupe français apporte également son expertise pour accompagner le plan de développement et la mise à niveau des fournisseurs et même de partenaires comme celle ayant concerné PMO, "ce dernier pouvant devenir partenaire dans une joint-venture avec des manufacturiers de renoms et répondre à certains besoins."

- Faurecia, Plastic Omnium, Trèves, Yazaki et Leoni toujours intéressés

La présence des différents manufacturiers cités pour accompagner l’usine PCP a également été abordée surtout après le retard accusé pour le début d’activité, mais Hamid Mezaib se veut rassurant en déclarant que "les noms cités sont toujours intéressés pour nous accompagner et d’autres suivront mais cela se fera au fur à mesure" avant d’ajouter que "nous avons présenté la semaine dernière notre projet à un grand nombre de nos fournisseurs, plus d’une centaine, et certains vont être présent lors du prochain forum sur la sous-traitance qu’organise le ministère de l’industrie et des mines au mois de mars".

Abordant les étapes clés de l’intégration locale, le directeur de PCPA expliquera qu’elles seront au nombre de deux, la première divisée en deux parties, "Quick Start" dès l’entrée en activité de l’usine en 2019 avec les sièges, réservoirs, échappements et planche de bord, une seconde, intermédiaire, en 2020 avec l’injection, découpe et coutures des coiffes pour les sièges, les faisceaux, batterie (100% locale) et les fluides. Notons que cette étape verra le transfert des premiers moules. La seconde étape enregistrera un élargissement notable de l’intégration locale avec l’insonorisation, garnissage de pavillon, vitrages, pare-chocs avant et arrière, panneaux de portes, planche de bord/console centrale, amortisseurs, etc. "pour répondre aux besoins de l’industrie locale mais aussi pour viser l’export".

Enfin, Hamid Mezaib a déclaré que "le début officiel de l’activité se fera durant la première moitié de 2019, le début des travaux étant prévu pour le mois d’avril comme l’a annoncé la wilaya d’Oran, et ce après avoir effectué le sondage du sol, actuellement à l’étude".

Répondre à cet article