Accueil du site > Actualité > Actualité > L’inauguration officielle de l’usine aura lieu en (...)

Sovac Production SPA : L’inauguration officielle de l’usine aura lieu en juillet

10 commentaires

Publié le mardi 13 juin 2017 à 16:53, par Khaled A.

L’usine Sovac Production SPA de Relizane sera officiellement inaugurée au mois de juillet prochain, a annoncé le PDG de SOVAC, Mourad Oulmi, lors de son intervention sur les ondes d’Alger Chaîne 3.

Une inauguration qui sera marquée par la présence de Luca de Meo, patron de Seat, du chairman de Skoda, Bernhard Maier et celui de Volkswagen Matthias Müller ainsi que des membres influents de Volkswagen Group et "qui se veut un signal fort de l’engagement du groupe allemand sur le long terme" a précisé le premier responsable de Sovac, Mourad Oulmi.

Vos commentaires

  • ]Le 15 juin à 20:24[, par fviz

    salutations KHALED A usine vous avez dit usine regardez donc...........https://www.facebook.com/amir.boukh...

  • ]Le 16 juin à 00:04[, par Khaled A.

    Onny sera le 27 juillet et la on pourra juger de nos propres yeux ;) .
    Par ailleurs il ne faut pas se voiler la face, on est encore loin d’une véritable industrie....perso j’aurai misé plus sur la sois-traitance que pour le montage automobile...du moins dans un premier temps :)

  • ]Le 16 juin à 07:14[, par zgetch

    Bonjour ,

    Il l’a dit lui même dans 10 ans il y aura une véritable usine de montage !
    Cordialement !

  • ]Le 16 juin à 10:06[, par fviz

    vous êtes trop complaisant je m’explique dans les années 70 les autorités ont déicides d’une industrialisation de l’Algérie, eh bien ils ont choisis la solution la plus simple et la plus immédiate acheter des usines clé en main et payer pour la formation des opérateurs du directeur a l’os et ça a marche pendant des décennies jusqu’à ce que vienne un certain ouyahia ; maintenant le problème majeur de ses "usines"c’est leur plan économique tout foireux ils achètent des voitures toutes montées (avec un procédé de fabrication ultra maîtrisé et économe ;robotisation et autres, les chargent dans des conteneurs= frais supplémentaires+accroissement des risques en tout genre) les déchargent surement avec des ouvriers encore des frais sup et je n’oublie pas les fameuses roues bien sur vous trouvez ça logique

  • ]Le 16 juin à 13:09[, par Khaled A.

    L’industrie dont vous parlez fait partie d’un autre époque et contrairement à ce que vous avancez la majorité de ces grandes usines étaient un gouffre financier....en quoi la Sonitex a réussit ? ENIE ? Eniem et autre SNVI ? Je cariture plus en disant comment on finit nos "complexe olympiques sportives" ? ces entreprises ont faillit car il n’y avait pas d’industrie légère pour les accompagner et ce qui est arrivée au milieu des années 90 aurait dû arriver au milieu de celles des 80....

    Relisez ce que j’ai dit, que je préfère la sous-traitance à l’assemblage/montage automobile car sans ce tissus de sous-traitants, non seulement on doit se contenter d’assemblage mais la pérennité n’est pas garantie si ce tissu de fournisseurs n’accompagne pas...

  • ]Le 16 juin à 14:00[, par fviz

    dabord j’ai bien dit que tout a capoter avec ouyaha donc a cause d’une décision politique ensuite je veux bien qu’il y’ai de la sou-traitance a profusion mais s’il n’y a pas de véritable usine de fabrication je veut dire de transformation de matières premières en produits finis comme c’était jadis même, avec des technologies,machineries,aptitudes importées vous pensez que le sou-traitant va venir avec ces tapis de sol ,sièges,commodo et autres alternateurs sous le bras frapper a la porte de sovac et demander qu’on les intègrent dans des voitures toutes finis ;soyez sérieux l’ami vous savez que ces gens ne se doterons jamais de véritable outils de transformation et de chaines de montages qui nécessitent beaucoup d’argent et surtout beaucoup de savoir faire donc cher ami la sou-traitance en amant et une fausse solution c’est la vraie usine de construction ou de fabrication qui crée le sou-traitant et l’attire pas le contraire.

  • ]Le 16 juin à 14:56[, par Khaled A.

    Désolé mais les usines fermées par ouyahia aurait dû l’être bien avant mais bonc ela n’est pas notre sujet.
    Pour les sous-traitants, seuls les volumes importent et ce n’est pas avec 10.000 unités/an qu’ils vont débarquer ni 50.000.... certaines necessitant 2 millions de véhicules/an pour que l’usine soit rentable...
    donc cette sous-traitance dont je parle n’est pas uniquement destinée aux usines Renault, TMC, Sovac et ceux ou celle à venir, mais surtout à l’export vers d’autres usines de ces mêmes constructeurs....la voiture "finie" pour moi n’est qu’un plus d’un processus et d’un secteur plus important.. à titre d’exemple, l’usine Skoda de Mlada Boleslav c’est 1000 camions/jour de pièces qui débarquent à l’usine venant de centaines de sous-traitants....

  • ]Le 16 juin à 16:08[, par fviz

    j’ai compris : vous ramenez tout a la sou-traitance et vous croyez qu’elle est la clé de la réussite de l’industrie auto en Algérie ;j’espère pour les acteurs du secteur que vous avez raison.

  • ]Le 16 juin à 16:15[, par zgetch

    Bonjour ,

    il faut bien lire !!!

    Mais, le Maroc exporte…

    Bien entendu. On ne parle pas de marché local, je m’inscris dans l’exportation. Pour nous, la production automobile est un moyen de devenir exportateur majeur en pièces de rechange dans la région du Maghreb. On a besoin de volume et de s’adosser à un grand constructeur, donneur d’ordres. Dans le secteur automobile, on ne doit pas oublier une chose fondamentale : si on veut exporter de la pièce de rechange, il faut choisir un constructeur qui est prêt et est capable d’acheter de la pièce de chez nous. Pour qu’il l’achète, il faut qu’elle soit compétitive. Est-ce qu’un constructeur qui se trouve en Inde et en Chine voudra acheter une pièce produite en Algérie ? En termes de transports et de coût de main-d’œuvre, on ne sera pas compétitifs. À partir de là, il faut avoir la vision de développer une étroite coopération avec des constructeurs qui ont un intérêt gagnant-gagnant dans le fait d’acheter de la pièce de rechange en Algérie.

    Si la Tunisie et le Maroc sont compétitifs, il n’y a pas de raison que l’Algérie ne le soit pas. Ce qui a été développé avec Renault et Volkswagen est une bonne chose. Maintenant, est-ce qu’on est capable de discuter avec une dizaine de constructeurs, je ne pense pas car on en revient à l’effet de volume.

    Cordialement !

  • ]Le 16 juin à 18:12[, par Touka

    Au moins on nourri des familles algérienne. Tant pis pour le surcoût.

Répondre à cet article