Accueil du site > Actualité > Actualité > L’étude des quotas pour bientôt, confirme le ministre (...)

Marché automobile : L’étude des quotas pour bientôt, confirme le ministre Bouchouareb

1 commentaire

Publié le lundi 5 septembre 2016 à 22:49, par APS

Le ministre de l’Industrie et des Mines Abdesselem Bouchouareb a confirmé que l’étude des quotas du secteur automobile pour l’année 2017 commencera bientôt.

Plusieurs secteurs procéderont bientôt à des évaluations visant à définir le contingent quantitatif des importations de véhicules pour l’année 2017, a indiqué dimanche à Alger le ministre de l’Industrie et des Mines Abdesselem Bouchouareb, confirmant ainsi l’information parue sur nos colonnes à la fin août.

"Le quota pour 2016 a été réglé et pour 2017, le groupe de travail (regroupant les secteurs du Commerce, de l’Industrie et des Finances) va se réunir pour faire des évaluations et des propositions aux départements concernés, à savoir les ministères du Commerce et de l’Industrie", a déclaré M. Bouchouareb à l’APS en marge de l’ouverture de la session parlementaire ordinaire de l’APN (2016/2017).

Interrogé pour savoir si ce quota était en hausse ou en baisse par rapport à celui de 2016, il s’est contenté de répondre : "Je ne peux vous le dire car il faut d’abord faire l’évaluation de 2016 avant de définir le quota de 2017".

Selon les prévisions du ministère du Commerce, la facture d’importation des véhicules ne dépassera pas un (1) milliard usd en 2016, contre 3,14 milliards usd (265.523 véhicules) en 2015 et 5,7 milliards de dollars en 2014 (417.913 unités).

Lire également

Diamal : Usine Fuso , sous-traitance, distribution, Philippe de Condé nous dit tout
Global Motors Industries : L’usine Hyundai de Batna en vidéo promotionnelle
Usine Scania : C’est en bonne voie, annonce le directeur technique de Scania Algérie

Vos commentaires

  • ]Le 5 septembre à 23:41[, par mizand

    un géni ce mec, il traite le dossier kima laylat el qadr, il regarde dans l obscurité si il y a un signe du destin de la façon traditionnelle et décide de l avenir du lendemain matin, oui ou non.

Répondre à cet article