Accueil du site > Actualité > L’Etat fera valoir son droit de préemption sur la société

Michelin-Algérie : L’Etat fera valoir son droit de préemption sur la société

10 commentaires

Publié le lundi 4 novembre 2013 à 14:15, par APS

Le ministre des Finances, Karim Djoudi, a affirmé dimanche que l’Etat algérien fera valoir son droit de préemption sur la société de fabrication de pneumatiques Michelin-Algérie, acquise récemment par le groupe Cevital.

En marge des réponses des ministres aux interventions des députés, lors des débats du projet de loi de finances 2014 à l’Assemblée populaire nationale (APN), M. Djoudi a souligné que l’Etat a décidé de faire valoir son droit de préemption sur l’entreprise Michelin-Algérie, fermée par la société mère en France.

Après la décision du groupe Michelin de fermer ses autres usines en Colombie et en France, l’usine qui a cessé ses activités et licencié près de 460 travailleurs, a fermé ses portes.

"L’enjeu concerne l’immobilier, car nous allons pratiquer le droit de préemption pour récupérer les terrains, en vue d’y effectuer nombre d’investissements", a déclaré le ministre.

Le ministre n’a pas dévoilé l’offre présentée par le gouvernement pour pratiquer ce droit, affirmant que les concertations avec la partie française sont toujours en cours.

"Il est fort possible que des fabricants de pneumatiques s’intéressent au marché algérien. Nous leur accorderons toutes les facilités nécessaires à l’investissement", a-t-il ajouté.

Le ministre du Développement industriel et de la promotion de l’investissement, Amara Benyounes, a indiqué que l’Etat a le droit de préemption vu le coût très bas de la transaction entre le groupe Cevital et la société Michelin.

Les deux parties ont fixé le montant de la transaction concernant le terrain qui a abrité l’usine Michelin-Algérie à Bachdjarrah (Alger) dont la superficie est de près de 15 hectares, à 1,7 milliard DA, selon M. Benyounes qui estime que ce prix "est bien loin de la réalité du marché".

Lire également

Vos commentaires

  • ]Le 4 novembre 2013 à 15:27[, par LRM

    décidément notre bonne a rien d’état et intéressé par le terrain et l’immobilier plus que par l’usine et les travailleur licencier.....:-((

    et après on s’étonne pourquoi ça encourage pas la production. :’-))

  • ]Le 4 novembre 2013 à 16:26[, par cecila31

    on ouvre une usine Renault en parallele a Oran ; des pneus ils en auront besoin !

    logiquement une usine de fabrication de pneumatiques ne devrait pas fermé dans un tel contexte.

  • ]Le 4 novembre 2013 à 18:21[, par spyker-c8

    @cecila31
    tout a fait d’accord avec vous. allez savoir comment ils réfléchissent ces gens la.

  • ]Le 4 novembre 2013 à 20:44[, par mizand

    on:o) aura des voitures, mais pas de pneus

  • ]Le 4 novembre 2013 à 21:09[, par mirou

    achevez moi sinvoupli

    purééé usine complète qui marchait et qui exportait et qui faisait travailler des algeriens on ne peux pas juste la remettre sur pied, quitte à donner un nouveau nom à ces foutu pneu : "michlan" ou "michlon" à la chinoise quoi, c’est un truk qui marche pour eux pourquoi pas pour nous ??

  • ]Le 4 novembre 2013 à 23:47[, par Linea R

    Non pourquoi reprendre cette entreprise, l’assiette et bien situer je vois bien une station-service, avec un lavage et une pizzeria, avec 2 villa à louer avec des garages aussi, sa c’est de l’investissement.B-)

  • ]Le 5 novembre 2013 à 10:25[, par angetdi

    salem

    :’-)) lineaR , voila une aqlia d’un vrais begare !!

  • ]Le 5 novembre 2013 à 13:43[, par mizand

    @Linea R
    on va faire un Mc Michelin ;)

  • ]Le 5 novembre 2013 à 14:09[, par rachid

    Je n’ai pas lu l’article plus haut... Je pense que l’aisance financière actuelle (et passée), a cassé, à contrario, l’industrialisation et toutes les bonnes volontés en se sens, dans notre pays. Avec tout cette argent dans les caisses, pourquoi se casser la tete à fabriquer, acheter est de loin plus facile...

  • ]Le 5 novembre 2013 à 14:59[, par mizand

    on est plus dans la recherche de profit rapide, que de créer un tissu économie.