Accueil du site > Actualité > Actualité > L’Algérie va devenir une interface "incontournable" entre (...)

Industrie automobile : L’Algérie va devenir une interface "incontournable" entre l’Europe et l’Afrique (IPEMED)

Publié le mardi 7 février 2017 à 13:23, par La rédaction

L’Algérie connaît une grande transformation économique et la France "doit miser" sur ce pays, a affirmé mardi Jean-Louis Guigou, haut fonctionnaire français et président de l’institut de prospective économique du monde méditerranéen (Ipemed).

L’Algérie est un "très grand pays en transformation et la France doit miser sur ce pays. C’est une intime conviction", a insisté M. Guigou au cours d’un petit-déjeuner de la Méditerranée et de l’Afrique, organisé à Paris par l’institut qu’il dirige, le quotidien économique La Tribune et BpiFrance, une banque publique d’investissement.

La rencontre, qui avait pour thème "L’Algérie de demain", a regroupé un parterre d’entrepreneurs, de financiers et de responsables du secteur économique qui activent en Algérie ou explorent le marché algérien pour des projets de partenariat. Le président de l’Ipemed a souligné que l’objectif de cette rencontre est de "construire l’avenir" entre la France et l’Algérie en identifiant sur le terrain des "forces à l’œuvre" pour aider l’Algérie qui sera, selon lui, "un très grand pays en Afrique du Nord".

Dans son intervention, il a argumenté ses propos par le fait que l’Algérie, en sa qualité de pays africain pivot, va devenir une interface "incontournable" entre l’Europe et l’Afrique, soutenant que l’Afrique du Nord, et précisément l’Algérie, sera une grande zone industrielle pour l’Europe, notamment dans la construction automobile. "Les Européens n’iront plus en Chine pour des investissements, c’est loin. Ils veulent maintenant compacter leurs valeurs, et l’Algérie, qui diversifie son économie, est en transformation industrielle", a-t-il précisé, citant les différents projets de construction automobile engagés en Algérie ou en cours de réalisation.

L’autre force de cette tendance, a ajouté ce professeur d’université, est le rôle "stratégique" que va jouer l’Algérie dans les années à venir en Afrique avec la transsaharienne, un axe liant Alger à Lagos. Un grand axe en chantier et qui part du nouveau port de Cherchell, à l’ouest d’Alger, en direction de Tamanrasset, en passant par le Niger, le Mali pour aboutir à Lagos (Nigéria). Encore un grand projet d’infrastructure similaire au port de Hambourg exigeant quelques 3 milliards d’investissement et la coopération des Chinois. Il s’agit d’une nouvelle version de la Transsaharienne mais, cette fois, enrichie de zones industrielles, de zones franches, de technopoles et de clusters industriels. Une vraie dorsale que reliera l’Afrique du Nord à l’Afrique subsaharienne en plein boom économique.

Sources : APS/IPEMED

Répondre à cet article