Accueil du site > Actualité > Actualité > L’AC2A compte saisir le ministère du Commerce

Licences d’importation 2018 : L’AC2A compte saisir le ministère du Commerce

3 commentaires

Publié le mercredi 20 décembre 2017 à 13:02, par Khaled A.

L’Association des Constructeurs et Concessionnaires Automobile en Algérie (AC2A) devrait saisir le ministère du Commerce suite à la décision de laisser en suspens la délivrance des licences d’importation automobile pour 2018.

La décision du ministère du commerce de ne mettre en place "qu’un seul contingent quantitatif en 2018 et seulement en cas de besoin" a fait l’effet d’une bombe dévastatrice au sein de l’AC2A qui voit ainsi le scénario de 2017 se répéter. Pour sa part et intervenant sur les ondes de la Chaîne 3, le directeur général du commerce extérieur au ministère du même nom,Saïd Djellab, a également déclaré "que l’industrie automobile va atteindre entre 150.000 et 160.000 unité l’année prochaine et c’est au seul gouvernement de décider si on doit ouvrir un contingent ou non". Une décision qui dépendra donc de la capacité des usines en activités à atteindre ce seuil et dont "l’éventuel" déficit ouvrirait la porte à quelques milliers de voitures à importer à une date que personne ne peut avancer et encore moins garantir.

Et si l’année 2017 qui s’est déroulée sans quota d’importation a mis en grosse difficultés les différents acteurs du secteur automobile avec la fermeture d’un grand nombre d’agents à travers le territoire et la perte d’emplois en découlant, les difficultés seront encore plus dures à supporter avec cette nouvelle donne et c’est pour éviter une mort certaine d’un bon nombre de ses membres, l’AC2A compte saisir le ministère de tutelle afin de trouver une issue qui ne serait pas aussi drastique d’autant que même le ministre du commerce a affirmé que "le système de licences d’importations a parfois engendré la fermeture de certaines entreprises".

Toujours dans le même registre et concernant les différents acteurs disposant d’usines de montage en Algérie, cette décision, tout aussi protectrice qu’elle peut l’être pour la production nationale, a également ses défauts. En effet, ces acteurs se voient également privés de plusieurs modèles faute de licence d’importation comme peut l’être Renault Algérie avec la nouvelle Megane et le nouveau Dacia Duster, Gloviz/Kia avec le Sorento, Sovac avec les Skoda Karoq, Seat Ateca , Volkswagen Tiguan et toute la gamme Audi au moment ou le Groupe Tahkout voit deux de ses marques (Opel et Chevrolet) sans aucune voiture à proposer...

Vos commentaires

  • ]Le 20 décembre 2017 à 16:40[, par fviz

    HE....HE.......HE........HEEEEEE , je croyais qu’ils était aux anges et très contents la dernière fois ces "QWAWDA" par ici on ne dit pas "chiyatine". "CHAH FIKOUM" voila ce qui ce passe pour tout ceux qui se bécotent avec le diable ; AAAAAMMIIIIIIIINN.

  • ]Le 20 décembre 2017 à 18:37[, par modval

    L’Algérie est vraiment un pays à part...

  • ]Le 21 décembre 2017 à 17:39[, par trancemit0r

    qu’on ramène Jaques Chirac svp pour dissoudre cette assemblée pseudo association de mouton !! Elle ne sert plus à rien ..

Répondre à cet article