Accueil du site > Actualité > Actualité > Installation du groupe de travail pour l’application du plan (...)

SNVI : Installation du groupe de travail pour l’application du plan d’urgence

4 commentaires

Publié le dimanche 17 janvier 2016 à 07:43, par APS

Le groupe de travail chargé de la mise en oeuvre du plan d’urgence de la Société nationale des véhicules industriels (SNVI) a été installé, jeudi, par le ministre de l’Industrie et des mines, Abdesselam Bouchouareb.

C’est en application des résolutions du Conseil interministériel, réuni à la fin décembre dernier pour l’adoption du plan d’urgence au profit du groupe SNVI, que M. Bouchouareb a présidé, jeudi au siège de son ministère, une réunion de travail consacrée à la mise en oeuvre de ce plan dans son premier volet et à l’installation du Comité de travail en charge de la mise en oeuvre des décisions de ce Conseil interministériel, a indiqué un communiqué de ce ministère.

Ce plan d’urgence s’articule autour de trois niveaux de traitement, fait savoir la même source. Le premier niveau concerne la relance de la production pour la ramener à un niveau acceptable, la satisfaction des clients dont certains attendent la livraison de leur commande depuis plusieurs années et l’apaisement du climat social.

Ce premier niveau de traitement consacre un financement immédiat d’un montant de 5,1 milliards DA pour financer les intrants en vue de compléter l’encours de production qui générera un chiffre d’affaires de 1,8 milliard DA, assurer le fonds de roulement indispensable au fonctionnement, et la couverture des salaires incluant les indemnités de départs en retraite.

Le deuxième niveau de traitement, qui a trait à la prise en charge de la question des dettes de ce groupe public, permettra d’éviter le blocage du fonctionnement de l’entreprise par les différents créanciers, note le communiqué.

L’objectif escompté est la recherche de l’efficacité, l’amélioration de la productivité et une meilleure relation avec les différents partenaires, explique le ministère.

Quant au troisième niveau de traitement, il a pour finalité la mise en place des conditions de concrétisation du budget de l’exercice 2016 pour une enveloppe de 12,25 milliards DA, qui couvrira l’approvisionnement des intrants locaux à financer par un crédit à moyen terme ainsi que l’approvisionnement des intrants à l’import à financer par un crédit à moyen terme.

Outre ce dispositif devant assurer la relance de l’activité de la SNVI, d’autres mesures internes seront également menées.

Il s’agit d’élaborer un Pacte de stabilité à négocier et à arrêter avec le partenaire social, d’accélérer la mise en oeuvre du plan de développement du groupe bénéficiant d’un crédit bancaire à taux bonifié de l’ordre de 91,7 milliards DA, et de mettre en £uvre un plan d’action relatif à la stratégie corporative du groupe SNVI.

La cérémonie d’installation de ce groupe de travail s’est déroulée en présence également du ministre délégué auprès du ministre des Finances, chargé du Budget et de la prospective, M. Hadji Baba Ammi, du Directeur de l’industrie militaire au ministère de la Défense nationale, général major Rachid Chouaki, du Directeur général du Trésor public, du Directeur général du secteur public marchand au ministère de l’Industrie et des mines, ainsi que des P-dg de la SNVI et de la BNA

Vos commentaires

  • ]Le 17 janvier à 12:06[, par mizand

    je ne sais pas, mais tout cela me semble louche, peut être on mets de la poudre aux yeux et il y a derrière un sabordage de l entreprise en ses temps de conquête de marchés pour les entreprises étrangers, car ça tombe pile poile avec la grande messe, et on n a pas vu ça depuis 1967 (quand Berlier et devenu SONACOM)

  • ]Le 17 janvier à 15:54[, par zorro

    Les complexes géant de cette taille sont toujours très difficile à géré, notre mentalité n’a rien avoir avec celle des Allemand et rouiba n’est pas wolfsburg.

  • ]Le 17 janvier à 19:28[, par Ragnarök

    L’un de mes meilleurs amis est cadre au sein de la SNVI.
    Il m’a raconté il y’a quelques semaines qu’une partie leur est interdite d’accès à cause de l’histoire Mercedes. Les travailleurs lambda qui étaient déjà affectés dans ces zones partent pour ne rien foutre du moment qu’il ne peuvent même pas accéder à leur lieu de travail habituel avant l’installation de Mercedes.
    L’ami en question gère tous ce qui approvisionnement en pièces depuis l’étranger, et même avec ça, il n’est pas au courant de ce qui se trame dedans pour dire à quel point c’est opaque.

  • ]Le 17 janvier à 19:52[, par mizand

    @Ragnarök merci des infos

Répondre à cet article