Accueil du site > Actualité > Actualité > Gestamp, fleuron d’une industrie automobile espagnole en bonne (...)

Industrie automobile : Gestamp, fleuron d’une industrie automobile espagnole en bonne santé

Publié le jeudi 27 avril 2017 à 08:47, par La rédaction

L’équipementier Gestamp, qui est entré en Bourse le 7 avril, s’est imposé en vingt ans comme l’un des fleurons de l’industrie automobile en Espagne.

Les grands constructeurs mondiaux (Volkswagen, Renault-Nissan, PSA, Daimler, General Motors, BMW...) achètent à l’entreprise basque les composants d’acier qui formeront la structure de leurs voitures.

Fondé en 1997, l’équipementier Gestamp est rapidement devenu l’un des leaders mondiaux dans son domaine. L’entreprise espère lever environ 1 milliard d’euros lors de ce qui devrait être la plus importante introduction à la Bourse de Madrid depuis le début de l’année, avec une valorisation attendue autour de 3,2 milliards d’euros. "Gestamp veut professionnaliser sa gestion et la rendre plus transparente pour conserver la confiance de ses clients, ce qui a motivé son entrée en Bourse", explique le directeur de la communication, Miguel Lopez-Quesada. Mais seulement 30 % du capital a été introduit, et la famille Riberas restera l’actionnaire majoritaire, avec environ 55 %.

Vingt ans après sa création, Gestamp compte 36 000 employés dans 21 pays, 98 usines (et dix en construction), pour un chiffre d’affaires de 7,5 milliards d’euros en 2016. "Ces 15 dernières années, le chiffre d’affaires a progressé de 15 % par an, principalement grâce à sa politique d’acquisitions", explique Felipe Lopez-Galvez, analyste chez SelfBank. La crise a eu peu d’impact sur les ventes de Gestamp, déjà très diversifié hors d’Europe, notamment en Asie.

Habituée à travailler avec les grands constructeurs européens fabriquant leurs voitures en Espagne, Gestamp s’est rapproché de ses clients, en ouvrant des usines dans leurs pays d’origine. Outre l’Europe, il prend pied dans les années 2000 en Amérique latine et aux Etats-Unis. Gestamp se tourne ensuite vers la Russie, la Turquie, et l’Asie. La Chine est d’ailleurs devenue l’un de ses premiers marchés.

Source : CCFA

Répondre à cet article