Accueil du site > Essais > Évolution technologique

Essai Audi A3 restylée : Évolution technologique

10 commentaires

Publié le jeudi 16 juin 2016 à 17:28, par Dalil C.

Sur invitation de Sovac, représentant de la marque Audi en Algérie, autoalgerie.com était à Munich pour essayer la nouvelle phase de l’Audi A3, la compacte premium du Groupe qui s’est offert une belle mise à jour de mi-vie.

Lancée en 2013, la troisième génération de l’Audi A3, qui a enfin légitimé son statut de compacte premium en comparaison avec les précédentes générations, arrive à la mi-chemin de sa carrière, une étape traditionnellement synonyme de mise à jour, que ce soit sur plan esthétique ou- et dans ce cas c’est le plus important - technologique !

C’est à Munich, en Allemagne, lieu choisi par Audi pour l’organisation des essais internationaux de cette nouvelle phase de l’Audi A3, qu’autoalgerie.com a été convié par Sovac, représentant de la marque allemande en Algérie, à découvrir et tester cette nouvelle mouture.

Un essai qui a débuté directement au niveau de l’aéroport de Munich, où toute la famille A3 était réunie sur la grande esplanade de cette enceinte, juste en dessous du Audi Conférence Center où était exposée une Audi A3 e-tron, ou plutôt ses entrailles, dont les éléments étaient animés, un moyen de faire découvrir les différents modes de fonctionnement de cette déclinaison hybride de la compacte allemande.

Un nouveau look pour une nouvelle phase

Une nouvelle phase de l’Audi A3 qui se distingue par son nouveau style. Certes, comme il est de coutume dans cette étape, l’allure globale du véhicule a été conservée, les retouches extérieures qui sont visibles dès le premier coup d’œil prédominent au niveau de la face, le nouveau dessin des optiques saute aux yeux avec cette partie biseautée, à l’image de ce qui est proposé sur la nouvelle A4, la calandre a également été retravaillée, gagnant en volume et ses angles étant plus prononcés, le bouclier a aussi été redessiné, le tout offrant une face nettement plus expressive et agressive.

Les modifications apportées au niveau de la poupe sont plus discrètes, les feux ont été retravaillés, affichant une nouvelle signature visuelle mais conservant leur forme globale, le bouclier a été redessiné et se voit désormais greffé de cataphotes.

Un intérieur plus haut de gamme

Certes l’intérieur conserve la même architecture, mais l’arrivée d’un élément nouveau fait toute la différence, faisant entrer cette nouvelle phase de l’Audi A3 dans une ère bien plus haut de gamme et technologique. Il s’agit de l’Audi Virtual Cockpit, cet écran TFT couleur de 12.3’’ qui remplace les traditionnels compteurs de vitesse et compte-tours à aiguille, un système qui a été lancé et découvert sur la nouvelle TT et qui est en train d’être décliné sur toute la gamme Audi, ainsi que sur des modèles des autres marques du groupe.

L’affichage du Audi Virtual Cockpit est clair et précis, il s’adapte aux envies du client via des modes et différentes configurations, le mode GPS prend quasiment tout l’espace et affiche des images de très bonne qualité issues de Google Earth. Certes les possibilités ne sont pas aussi larges que celles du Peugeot New i-cockpit, mais suffisantes quand même pour contenter les besoins du conducteur.

Autre élément qui ajoute une touche bien plus haut de gamme, ce nouveau rétroviseur intérieur qui s’affranchit des bordures pour offrir une présentation bien plus épurée, à l’image de ce que propose Volvo sur ses dernières productions. Il s’agit là sans doute de la nouvelle norme du segment premium.

Bien plus technologique

Le bond technologique de cette A3 ne se résume pas à l’Audi Virtual Cockpit. La marque allemande a équipé cette nouvelle phase de systèmes dédiés jusque-là aux modèles haut de gamme. Tout d’abord, les optiques avant peuvent être équipées en option de la technologie Audi Matrix LED qui, comme son nom l’insinue, est 100% LED et adaptatifs.

Mais aussi l’arrivée de nouveaux systèmes d’aide à la conduite tels que le Trafic Jam Assist qui, associé à l’Audi Adaptative Cruise Control et à une transmission S tronic, permet de disposer d’un véhicule semi-autonome puisque ce système prend en charge la gestion de la conduite du véhicule en maintenant une distance définie au préalable avec le véhicule qui le précède, de s’arrêter automatiquement en cas de bouchon et de redémarrer également après un court arrêt. Son utilisation est facile et son apport est plus que bénéfique en termes de réduction du stress et de la fatigue. C’est certes déroutant de prime à bord, mais le tester c’est l’adopter tellement il est plaisant de n’avoir à fournir quasiment aucun effort dans un embouteillage ou aux abords d’un feu rouge !

Le système MMI, qui passe par le biais d’un écran de 7’ escamotable placé en haut de la console centrale, a été également mis à jour afin de l’adapter aux nouvelles tendances. Son organisation s’inspire désormais de celle d’un smartphone, dans sa version MMI Plus, il est connecté et propose de nombreuses fonctions en temps réel. Il donne également accès à l’Internet, au streaming et peut même programmer le chargement des batteries de la version e-tron.

Du nouveau sous le capot

Du nouveau, il y en a également sous le capot. Audi profite du lancement de cette nouvelle phase pour introduire des nouveaux blocs, dont le 1.0 TFSI, oui un bloc trois cylindres de 1.0 litre. Ce dernier développe 115 ch et 200 Nm de couple entre 2 000 et 3 500 tr/mn, outre un nouveau 2.0-litres TFSI qui affiche 190 ch et 320 Nm de couple disponible entre 1 500 et 4 200 tr/mn. On regrettera néanmoins que ces nouveaux blocs ne soient pas prévus pour l’Algérie !

Toujours aussi plaisante à conduire

Le marché algérien étant concerné uniquement par le 2.0 TDI – oui, pas de TFSI de prévu pour le moment -, l’essai routier s’est axé naturellement sur ce quatre-cylindres diesel qui développe pour l’occasion 150 ch au lieu des 143 dans sa configuration locale.

Mais parlons tout d’abord de cet étonnant 1.0 TFSI qui remplace les 1.2 et 1.4 TFSI. Un trois-cylindres sous le capot d’un véhicule de ce gabarit, ce n’est plus aussi cocasse que cela, Ford a démocratisé ce type de moteur avec son 1.0 EcoBoost, et tous les constructeurs font également de même. Un petit moulin testé sur une dizaine de kilomètres seulement, mais suffisant pour constater qu’il est vraiment volontaire et réactif. Il monte haut dans les tours, il ne peine pas à déplacer le poids de la version Sportback (+ de 1 200 kg), avec une accélération et des reprises plus qu’honorables au vu de son architecture, de sa taille et de la masse qu’il déplace. Une très bonne surprise, ce petit bloc est très plaisant et agréable à conduire !

Voici l’accélération de ce petit bloc :

Dans un tout autre registre, notre curiosité nous a poussés à tester également le nouveau quatre-cylindres 2.0 TFSI de 190ch qui vient remplacer le 1.8 TFSI 180ch qui était auparavant commercialisé par Sovac. Ce nouveau bloc s’est révélé très souple et offre un comportement assez dynamique, un très bon choix pour ceux qui souhaitent avoir une version de l’A3 polyvalente qui peut être conduite tous les jours en souplesse. Mais appuyez quand même sur la pédale de droite quand il le faut afin de s’offrir quelques sensations.

Au tour du 2.0 TDI 150 ch d’être testé sur le plus long parcours, plus de 80 km de routes dont une partie sur la fameuse autobahn allemande. Ce bloc est une valeur sûre, il est connu et éprouvé que ce soit chez Audi ou dans le groupe Volkswagen. Il ne souffre quasiment d’aucune critique, il fait ce qu’on lui demande de fort belle manière. Disponible à bas régime grâce à son couple de 320 Nm délivré de 1 750 à 3 000 tr/mn, il ne rechigne pas à monter dans les tours, et les accélérations sont franches et linéaires. Il se fait certes quelque peu entendre, mais le son n’est pas désagréable.

Dans le volet comportement, cette nouvelle phase de l’Audi A3 reste fidèle à ce qui a été proposé sur la première mouture. Certes le temps lors de cet essai étant pluvieux et la vitesse limitée sur les routes de campagne avec une police aux aguets, les limites de l’auto n’ont pas été titillées, mais le beau parcours programmé par les organisateurs était malgré cela suffisant pour constater que sa direction restait précise, sa tenue de route ne souffrant d’aucune critique grâce à un châssis équilibré et un amortissement bien calibré, surtout sur des routes allemandes qui frôlent la perfection en termes de revêtement.

La S3 Sedan comme cerise sur le gâteau

Le retour vers l’aéroport s’est fait à bord de la S3 Sedan. Au-delà de l’esthétique, dont l’évolution suit tout naturellement ce qui a été fait sur les versions plus sages, cette nouvelle phase gagne en puissance puisque son quatre-cylindres 2.0 TFSI passe à 310ch, soit 10ch de plus, et le couple gagne 20Nm.

Sur la route, limitation de vitesse oblige sur le tronçon emprunté, nous n’avons pas pu tester pleinement cette petite bombinette, surtout que le contexte ne s’y prêtait pas - pas d’autobahn ni de route de campagne cette fois-ci - et qu’il y avait trois passagers à bord du véhicule pour le retour. Mais les quelques envolées lyriques de son bloc et les pétarades de sa sortie d’échappement à chaque passage de vitesse en mode S suffisent pour donner un avant-goût du potentiel en question et d’avoir quelques sensations fort plaisantes.

Bilan : Elle affirme encore plus son statut de premium

Au final, l’Audi A3 confirme encore une fois qu’elle est une compacte très aboutie et affirme encore plus son statut de premium. Certains crieront toujours au scandale en découvrant quelques éléments communs avec ses cousines généralistes, mais l’écart avec elles ne cesse de se creuser.

Cette nouvelle phase de l’Audi A3 évolue sur le plan esthétique et, surtout, apporte cette touche technologique de plus qui la place bien au-dessus desdites cousines mais aussi de ses concurrentes directes.

Portfolio

Lire également

Groupe Volkswagen : MOIA, la nouvelle société de services de mobilité du Groupe Volkswagen
Audi : Deux décennies, trois générations, une success story
Sovac : Une remise de 100.000 DA sur la Volkswagen Golf Carat
Renault : Le diesel débarque sur la Mégane GT 15 
Seat : Plus de détails sur la Leon Cupra 300ch
Peugeot : La 301 facelift se dévoile
Essai Peugeot 3008 GT 2.0 BlueHDi 180ch S&S : La nouvelle référence ? C’est bien parti pour !

Vos commentaires

  • ]Le 16 juin à 18:23[, par LRM

    Merci pour l’essai, malgré que 99% des lecteurs ne sont pas des clients potentiel de cette audi.

  • ]Le 16 juin à 18:42[, par M//Motorsport

    le Must en matiere de finition intérieur .
    +1 pour l’écran rétractable , l’A4 en manque cruellement .
    je vois pas l’interet des moteurs 3 cylindres dans une familiale compacte je prefere rajouter 2000 euro et prendre le 1.4 TFSI
    bcp plus homogene , agréable et pas moins frugale. SEULEMENT 2000 EURO , je n’arrive pas à comprendre comment les gens ( chez eux )puissent économiser cette somme banale qui ne représente que la moitié , le tiers ou meme le quart de leurs salaires mensuels .

  • ]Le 16 juin à 19:02[, par LRM

    @ M//Motorsport

    Car si quelqu’un trouve sont bonheur avec un 1.0TSI pourquoi ajouté plus ? l’utilité contre la futilité voila leur crédo, et puis ya qu’en Algérie que certains gens sont prêts a sacrifier leur mobilité pendant plusieurs années juste pour avoir la gamme au dessus, alors qu’un européens peu économisé encore 2 ou trois mois pour monté en gamme, mais meme avec un pouvoir d’achat dix fois supérieurs ils ont gardé du bon sens, ce qui force l’admiration.

  • ]Le 16 juin à 21:52[, par M//Motorsport

    @LRM :
    jamais un 3 cylindre ne saurait capable de rendre une auto une machine à sensation , ceux qui trouvent leur bonheur dans un 3 pattes ne sont certainement pas des passionnés d’automobile . MAIS c’est une auto d’au moins 30 000 euro... :-O qui procure aucun plaisir , les puristes crieront au scandale . les écolo je leur retire chapeau ;-)
    Triste réalité en Algérie , un pays ou on ne jure que par les options ( toit ouvrant et LED tant pie la sécurité [ la picanto se sent visée :’-)) ] )

  • ]Le 16 juin à 22:39[, par LRM

    @ M//Motorsport

    Sauf que c’est pas tous le monde qui sont passionné, et dans le domaine du rationnel les européens sont champion.

    La preuve les modèles bases sont toujours vendu chez eux, alors que nous on nous oblige a prendre des options aussi inutile que chers, sans oublier qu’ils ont un pouvoir d’achat 10x supérieur, ça veut dire que les gammes les moins huppé on une part de marché non négligeable chez eux, ça prouve qu’un européen est plus rationnel qu’un algériens alors qu’il gagne 10x mieux sa vie..... ils sont loin des cliché de peuple matérialistes que certains politique et autre donneurs de leçon a la noix aimeraient nous faire croire.

  • ]Le 16 juin à 22:47[, par Touka

    @M//Motorsport

    2000 euros c’est rien pour toi ? 1/2 ou quart d’un salaire en Europe ??? Les gens qui gagnent 4000e par mois ou plus ne t’inquiète pas pour eux ils ne roulent pas en AUDI A3 avec un salaire si élevé ! C’est une voiture qui commence a 20000e donc oui certains préféreront mettre 2000e dans des options de confort que dans un moteur plus puissant qui ne leur servira jamais ! Avec des limitations à 90km/h en périphérie des villes et une utilisation des véhicules en condition urbaine, je ne vois personnellement pas l’utilité d’un moteur plus puissant et de nombreuse personne feront également ce choix intelligent pour le porte monnaie.

  • ]Le 16 juin à 23:00[, par YOUGOURTHEN

    Comme à l’ancienne, on fantasmera sur ces fantôme que sur les magazines. Pendant ce temps on achète les Symbol made in Wahran... merci qui ? Merci à ceux qui nous gouvernent

  • ]Le 17 juin à 00:58[, par LRM

    @ YOUGOURTHEN

    Meme la symbol deviendra un luxe a ce rythme.

    Les vélo et autres peugeot 103 vont voir leur cote s’envolé. :’-))

  • ]Le 17 juin à 02:17[, par mizand

    honnêtement, à ce que je vois, n’y la hausse des prix, ni rien va changer les choses, les voitures se vendront quelques soit le prix, c’est comme ça, certains on de l’argent facile et le commerce continueras à tourner, les voitures importés seront venues et c’est tout, pour le citoyen honnête, ça compte pas, car ils ne comptes pas dans la balance.
    C’est malheureux, mais c’est comme ça, je croise à tous les coins de rues des gens qui vendent leur voitures, déjà aux parking à l’aéroport il y avait qui négocié la vente de la voiture.

  • ]Le 26 juin à 11:39[, par Fuel

    Bonjour,

    Les atouts d’un véhicule "prémium" ne sont pas liés forcément à son moteur ou ses options, la qualité de la finition, la qualité des commandes, la qualité des liaisons au sol, le châssis, l’insonorisation, l’équipement audio, les sièges etc... Alors oui, on peut être prémium avec un 3 cylindres !

    Ensuite, je ne comprends pas comment 115ch deviennent insuffisants pour certains de nos jours, c’est suffisant pour une utilisation normale et il y a plus au catalogue pour celui qui estime avoir besoin de plus.

    Finalement, je ne suis pas fan de l’A3 ni des Audi, mais il me semble juste de défendre une logique défendable.

Répondre à cet article