Accueil du site > Actualité > Actualité > Du mieux par rapport à 2015 mais encore des imperfections

Rallye "Challenge Sahari" : Du mieux par rapport à 2015 mais encore des imperfections

Publié le lundi 7 novembre 2016 à 13:25, par APS

La 2eme édition du rallye raid d’Algérie "Challenge Sahari International", disputée du 1er au 5 novembre, a été meilleure que celle de l’année 2015 en dépit de certaines imperfections encore à solutionner lors des prochaines années mais qui n’ont pas influé sur l’aspect général de la compétition, de l’avis des organisateurs et participants.

La décision de confier à l’entreprise algéro-italienne "ARAK Sport" la gestion des aspects techniques et logistiques du rallye (auto/moto), disputé en 5 étapes sur une distance globale d’environ 1500 km, entre sable et bitume, est pour quelque chose, selon les pilotes déjà présents en 2015 et qui se souviennent des étapes annulées lors de la première édition pour différentes raisons.

Ce sont essentiellement les pannes mécaniques qui ont le plus perturbé le rallye-2016, tout comme les blessures qui ont coûté une sortie prématurée à un Algérien et deux Français.

Pour sa part, le vainqueur de la première édition du "Challenge Sahari International", l’Algérien Fodil Allahoum (68 ans), a été victime d’épuisement et a dû déclarer forfait à la 3e étape, laissant le champ libre aux pilotes italiens qui ont raflé la quasi-totalité des podiums.

Bien qu’il ait concouru sans co-pilote, c’est en effet l’Italien Mariano Mutti qui a remporté le rallye auto, en 23 h 17 min et 54 sec, suivi de ses compatriotes Roberto Tonetti et Roman Aguilera, en 24h 02 min et 35 sec, au moment où les frères algériens Abderrahmane et Allal Gueddouda ont pris la 3e place, en 28h 30 min et 27 sec.

Le rallye moto a été également dominé par les Italiens. Outre Marco Iob, vainqueur en 19h 32 min et 41 sec, les 2e et 3e places ont été prises par ses compatriotes Gabriele Minelli et Diego Marchesini, respectivement en 20h 29 min 29 sec et 21h 04 min et 05 sec.

"Le fait d’avoir réussi une meilleure organisation que lors de la précédente édition ne nous empêchera pas de continuer à travailler pour porter ce rallye encore plus haut", a assuré le N°1 d’ARAK Sport en Algérie, Mohamed El Ghouti.

"Le rallye d’Algérie est désormais inscrit dans le calendrier de la Fédération internationale", a-t-il ajouté, en annonçant vouloir faire de cette compétition "un évènement incontournable" qui se déroulera prochainement sous l’appellation "rallye d’endurance".

De son côté, le technicien italien Daniele Cotto, également de l’entreprise ARAK Sport a assuré qu’en seulement deux éditions, "l’Algérie a déjà réussi d’énormes progrès" en termes d’organisation.

"Vu les moyens humains et matériels dont elle dispose, l’Algérie est même capable d’organiser un évènement de plus grande envergure" pouvant compter "jusqu’à 10 étapes" au lieu de cinq, a estimé l’Italien.

Quelque 150 pilotes, représentant l’Algérie, la France, l’Espagne, l’Italie et les Pays-Bas ont participé à ce rallye disputé entre Biskra, El-Ménia, Hassi Messaoud et Ghardaïa.

Les lauréats de cette 2e édition du rallye raid d’Algérie recevront leurs prix respectifs dimanche soir, au retour de Ghardaïa où s’était déroulée samedi la 5e et dernière étape de course. La cérémonie aura lieu au Centre de regroupement et de préparation des équipes nationales à Souïdania (Alger).

Répondre à cet article