Accueil du site > Actualité > Détails techniques, sous-traitants, académie, retour sur le projet (...)

Peugeot Citroën Production Algérie : Détails techniques, sous-traitants, académie, retour sur le projet PSA

Publié le lundi 13 novembre 2017 à 20:44, par Khaled A.

Officialisée suite à la signature du protocole d’accord portant sur la création de la Société Peugeot Citroën Production Algérie (PCPA) et dont l’usine sera totalement opérationnelle en 2019. Mais qu’en est-il dans le détail ?

Durant les deux années de négociations autour de l’installation de cette usine du Groupe PSA en Algérie, beaucoup de détails avaient été annoncés sur nos colonnes et sur lesquels nous revenons avec ce "feu vert" à la Société Peugeot Citroën Production Algérie.

- Détails techniques

Avec une capacité annuelle de 25.000 unités dans un premier temps puis une fourchette allant entre 75.000 et 100.000 unités/an, comme annoncé par le patron de la région Afrique et Moyen-Orient du groupe PSA, Jean-Christophe Quémard, l’usine PCPA devrait permettre "dans un premier temps" la création de 1.000 emplois directs et de nombreux emplois indirects. L’investissement total est de l’ordre de 100 millions d’euros pour la co-entreprise, détenue à 49% par PSA. Les 51% restants sont répartis entre trois sociétés algériennes (PMO 20%, Condor Electronics 15.5% et Palpa Pro 15.5%).

La rencontre du mois de mars dernier entre le patron de la région Afrique et Moyen-Orient du groupe PSA, Jean-Christophe Quémard, avec le réseau algérien a été l’occasion de découvrir les détails techniques de l’usine grâce à des photos partagées sur les réseaux sociaux par certains agents.

S’étalant sur une surface de 120 hectares, l’usine a été présentée au réseau comme étant une usine compacte, répondant aux meilleurs standards internationaux tout en étant flexible. Un site qui sera composé de plusieurs bâtiments telles que celui du montage, du ferrage et autre bâtiment de peinture ainsi qu’une piste d’essai. Pour revenir aux différents bâtiment, le ferrage est la deuxième étape importante de la construction d’une voiture, après l’emboutissage et avant la peinture, et qui mobilise quelques centaines de pièces nécessite pour produire la caisse en blanc avec l’utilisation de robots. Notons que le PDG du groupe mécanique au ministère de l’industrie et des mines, M. Bachir Dhimi, a laissé entendre ce matin que "les 100 millions d’Euros ne concerne que le lancement de cette usine PSA , un investissement qui est appelé à augmenter avec le temps" et qui devrait donc concerner le ferrage et la peinture, entre autres.

- Sous-traitants

Autre information à avoir pris la fuite lors de cette même réunion du mois de mars est celle révélant quelques uns des sous-traitants qui accompagneront cette usine et qui s’installeront, pour certains, sur une partie du terrain octroyé pour le projet. Ainsi on note la présence du géant allemand Leoni, spécialiste du câblage automobile, des japonais de Yazaki, également spécialiste dans le même domaine. Pour sa part, l’équipementier automobile Trèves, spécialiste de l’intérieur du véhicule et de son environnement acoustique, aura à intervenir dans l’isolation des modèles ainsi qu’à la fourniture des tapis de sol, ceux du coffre ainsi que les panneaux de portes. Notons que Trèves est le partenaire des grands constructeurs automobiles tels que Renault, Nissan, Volkswagen, Seat, Skoda, BMW, Honda, Toyota, General Motors, Ford, Suzuki, Maruti, Tata, Jaguar, Land Rover ... Autre intervenant, Plastic Omnium dont le portefeuille-client est aussi chargé que celui de Trèves, aura à fournir le réservoir en premier lieu puis la fabrication des pare-chocs.

Notons que depuis cette date, un autre manufacturier s’est annoncé pour ce projet avec le lancement de "Sealynx Automotive Algeria", activant dans le domaine de l’étanchéité (Lécheurs EPDM ou TPE, joints de porte, joints de coffre, systèmes d’étanchéité de Coupé/Cabrio, anti-salissures, joints sous capot, entre portes) et dont les clients sont Peugeot, Renault, Volkswagen, General Motors, Citroën, Dacia et autre McLaren.

Cette liste de sous-traitants est également ouverte à des entreprises algériennes, une des photo permettant de voir que 20 fournisseurs locaux importants à terme figurent dans le plan de développement de l’usine PSA. D’ailleurs, on remarquera que la fourniture des batteries sera 100% locale, tout comme celle des fluides (lave-glace, refroidissement...).

En marge de la signature du contrat, M. Quemard a indiqué que le taux d’intégration sera, à terme, de 40%, ajoutant que le contrat prévoit également la création d’une académie de PSA en Algérie, permettant de former la main d’œuvre algérienne et de développer les compétences dans le domaine de l’assemblage et de la construction des véhicules au profit de PCPA. L’objectif de ce projet est de développer une filière automobile complète en Algérie, assure le même responsable qui relève que les équipementiers de Peugeot, qui s’implanteront également en Algérie, développeront d’autres partenariats avec des opérateurs algériens pour créer un tissu industriel et aller et delà des 40% du taux d’intégration. Dans une autre déclaration à l’AFP, Jean-Christophe Quemard a clairement indiqué que "PSA "veut mettre en place un véritable écosystème" local, notamment par le développement d’une industrie locale en incitant les sous-traitants français à conclure des partenariats en Algérie.

- Les modèles à venir

Les différents communiqués et déclarations n’ont à aucun moment abordé les modèles qui seront assemblés au sein de l’usine Peugeot Citroën Production Algérie mais le patron de la région a avancé à plusieurs reprises les Peugeot 301, C-Elysée, la Peugeot 208 et le Pick-up Peugeot avant que ce dernier, selon des sources internes, ne soit retiré de la liste pour laisser place à un autre modèle. Et si les premières envies penchaient vers la Peugeot 308 et le SUV 3008, le choix semble finalement se porter sur un utilitaire dans le but de répondre à un marché professionnel en grand manque d’outil de travail. Par ailleurs, le lancement de la Peugeot 208 n’aurait lieu qu’en 2019, une fois l’usine totalement opérationnelle mais également avec un modèle accueillant une nouvelle génération.

- Pour quel marché ?

L’obligation d’exporter une partie de la production étant l’une des priorités du gouvernement, le communiqué de presse de PSA laisse néanmoins planer un doute sur ce point important en affirmant que l’usine aura " à produire des véhicules destinés au marché algérien". Certes, l’objectif premier du Groupe PSA est de récupérer les parts de marché qu’il détenait avant la mise en place des quotas et des licences d’importation mais des sources du groupe ont déclaré au journal Le Monde que "si la finalité première du site sera de fournir le marché algérien, l’usine a aussi vocation à exporter. »

Répondre à cet article