Accueil du site > Actualité > Actualité > Connectée et agréablement conviviale

Essai Skoda Fabia restylée 1.0 TSI/95 ch BVM5 Clever : Connectée et agréablement conviviale

1 commentaire

Publié le dimanche 16 septembre 2018 à 15:05, par La rédaction

Correspondance de Prague (République Tchèque). La Skoda Fabia 3 se met aux goûts du jour. Le constructeur tchèque vient d’opérer un restylage de mi-vie à sa citadine « montante », et a organisé durant le mois de mai à Prague, des essais presse internationaux pour la découverte de la version restylée de la Fabia 3.

Dévoilée en février dernier avant d’être présentée salon automobile de Genève, la Fabia 3 restylée est venue combler quelques carences dues à l’âge (!), tant les évolutions chez la concurrence ont été nombreuses depuis le lancement de la Fabia 3 en 2014. Au menu, quelques retouches esthétiques (calandre et optiques légèrement redessinées, nouvelle signature lumineuse...), l’apparition de plusieurs aides à la conduite (surveillance des angles morts, régulateur de vitesse adaptatif, commande vocal et alerte au trafic arrière), et la disparition des motorisations diesels. Ceci sans omettre de signaler que les précédents 4-cylindres 1.2 TSI de 90 et 110 ch sont remplacés par un 3-cylindres 1.0 TSI décliné en deux puissances : 95 et 110 ch. Déjà que la 3e génération de la polyvalente tchèque avait apporté pas mal d’évolutions, que ce soit en termes de technologies, de silhouette (plus sophistiquée qu’auparavant), ou en termes de style et de prestations, voilà que la version restylée y ajoute des éléments à même de la mettre encore plus en avance par rapport à ses concurrentes.

Belle esthétique

La Skoda Fabia 3 restylée est belle à voir. Sa silhouette est encore plus « riche en émotions » à travers de nouvelles optiques et une calendre retravaillée qui affinent davantage son regard. Plus rien à voir avec la Fabia de 1ère de génération. Mais il n’y a pas que cela. Il faut dire que la Fabia 3 était déjà esthétiquement bien réussie, et la version relookée que nous avons eu l’opportunité de découvrir le 9 août dernier à Prague, capitale de la République Tchèque et berceau de Skoda, l’est encore plus. Cette Fabia hérite de la plate-forme de sa cousine allemande, la Volkswagen Polo 5. Elle conserve, donc, les mêmes dimensions (3,99 m de long pour 1,732 m de large et 1,467 m de haut), et la même habitabilité (1,674 m de longueur habitable) et volume du coffre (330 litres), vu que son empattement s’est stabilisé à 2,47 m.

Son look moderne ne l’empêche pas de rester classique. On retrouve les (nouveaux) éléments typiques du style Skoda, à savoir le capot bosselé, les optiques à Led et l’imposante calandre en « moustache », ou encore les feux arrière et le décrochement au niveau de la vitre de custode, à la manière de l’Octavia. Les lignes de caisse qui relient les feux avant aux feux arrière se prolongent sur le hayon qui se creuse en son milieu, donnant au véhicule un aspect plus dynamique. La Fabia abandonne sa brouille rondouillarde pour une silhouette plus trapue à travers des formes anguleuses, toutes en arêtes, à la manière du reste de la famille Skoda. De plus, nouvelle Fabia offre le choix d’une couleur de toit différente de la carrosserie. Une finition bi-ton qui affiche clairement le clin d’œil de Skoda en direction d’une clientèle jeune, surtout avec les technologies qu’elle embarque.

Spacieuse et bien finie

À bord, la nouvelle Fabia fait preuve d’une qualité de fabrication sans reproche, et d’une ambiance joviale. On retrouve un dessin clair, net et précis, des plastiques durs mais assemblés avec soin. La planche de bord traduit la montée en gamme de la Fabia à travers des lignes horizontales à l’effet visuel élargissant, reproduisant l’esprit extérieur du véhicule. Pour la précision, le designer qui s’est chargé de l’intérieur de la Fabia 3 s’appelle Marwan Khiat, un algérien d’Oran qui fait partie de l’équipe de Design Skoda.

En fait, l’intérieur de cette citadine, comme celui de la plupart de ses concurrentes, a droit à des plastiques durs, mais agréables au toucher et bien assemblés. L’écran central tactile est de série à partir de la finition intermédiaire : il ne recèle pas de GPS mais reçoit la connectivité Android Auto et Apple Car Play.

A l’arrière, l’habitabilité devient sensiblement inférieure à celle de ses cousine Seat Ibiza ou Volkswagen Polo dont des générations nouvelles ont été lancées depuis peu sur de nouvelles plateformes. Mais la nouvelle Fabia peut accueillir deux adultes, et même qu’une troisième personne pourrait prendre place. Espace aux jambes et garde au toit disposent de côtes généreuses, au bonheur des grands gabarits. Skoda n’a pas omis l’esprit pratique en dotant sa nouvelle Fabia d’un porte-vignette et d’un porte-smart phone, des tiroirs sous les sièges, des range-bouteilles sur les côtés de sièges, et même d’une petite « poubelle amovible » disposée sur le bac du passager avant. L’assise est bonne, et on a vite fait de trouver la position de conduite idoine grâce aux divers réglages disponibles (siège et volant). On prend place et on note rapidement que les boutons de commandes sont à portée de main.

Nouveaux équipements technologiques

La Fabia restylée embarque de nouvelles technologies embarquées qui devraient lui donner un nouveau souffle. On citera, entre autres, le full Led, la commande vocale (mais qui n’incluse pas le téléphone), un nouveau système d’infotainment Swing Plus avec un écran de 6,5 pouces et plus de fonctions « Simply Clever », le détecteur d’angle mort « Blind Spot Detect », l’avertissement de circulation arrière Rear Traffic Alert et le Light Assist, services Care Connect, l’appairage de smartphones et d’autres appareils via l’application Škoda Connect (SmartLink qui intègre l’Apple CarPlay, Android Auto, MirrorLinkTM et SmartGate). Autant d’équipements qu’on trouve, habituellement, sur les segments au dessus (C des Compactes).

Deux ports USB ont été implantés derrière l’accoudoir central pour permettre aux passagers arrière de recharger leurs smartphones.

A Prague, les organisateurs proposaient aux journalistes essayeurs la Fabia Combi (break) et la Hatchback (05 portes). Il est clair qu’on a directement plongé sur ces dernières vu que les conducteurs algériens ne sont pas très friands des breaks. Deux carrosseries, mais aussi 2 blocs essence. Tous des 3 cylindres essence, qu’il s’agisse du 1.0 MPI décliné en 60 ch et 75 ch, ou du 1.0 TSI de 95 et 110 ch.

Le véhicule obtenu pour les essais de la matinée était une Fabia Clever alimentée par le bloc 1.0 TSI de 95 ch. Celui-ci est couplé à une boite de vitesses manuelle à 05 rapports, et délivre un couple de 160 Nm disponible dès les 1500 tr/mn. Plus modernes que le 4-cylindres 1.2 TSI qu’il remplace, le 1.0 TSI économise 10 kg sur la balance et gagne 5 ch en puissance pour un couple maximal de 160 Nm disponible à partir de 1500 tr/mn. Parmi les particularités de ce bloc, une injection directe dont la pression atteint 250 bars, et une pompe à huile à débit variable. L’ensemble de cette technologie lui permettrait d’être plus sobre de 6 % par rapport à son prédécesseur. Et c’est vrai, l’ordinateur de bord indiquait une moyenne inférieure à 5 litres/100 km au bout d’une demi journée de roulage.

Sobre et réactive

Cette Fabia nous a franchement épatés par son comportement sain. Pas de tendance au roulis, bon amortissement, tenue de route sans reproche et guidage correct du train avant… . Bref, un comportement prévisible vu qu’elle hérite du châssis de la Polo 5. Idem pour le moteur TSI. Souple, sobre et très réactif, il permet d’avaler le 0 à 100 km/h en moins de 11 secondes (10,6 secondes selon la fiche technique) et d’afficher une vitesse de pointe de 185 km/h avec une consommation moyenne de 4,4 litres aux 100 km.

Sur les routes de campagne de la banlieue tchèque, nous avons eu l’opportunité d’emprunter divers tracés, avec des tronçons d’autoroute, des routes de campagne et même une conduite urbaine où on a regretté l’absence d’un Stop&Start au vu de tous les autres équipements innovants dont dispose la nouvelle Fabia, dont le Régulateur-Limiteur de vitesse adaptatif, ESC, connectivité Bluetooth et écran tactile, GPS via le smart phone avec guidage vocal, radars de recul et détecteur d’obstacles frontaux, ce dernier servant aussi pour conserver une certaine distance avec le véhicule qui nous devance. Et même qu’un avertisseur graphique nous alerte sur la proximité critique avec un véhicule à l’avant sur l’afficheur digital, réduisant la vitesse lorsque le régulateur est activé. Le véhicule repart sur sa vitesse initialement réglé dès que l’obstacle disparaît, ou que l’on change de file. On est même alerté lorsqu’un véhicule s’approche trop par l’arrière. Bluffant !

En montagne, nous nous sommes amusés à aborder les virages à grande vitesse, et à aucun moment le véhicule n’a été pris à défaut. Sa direction relativement précise et son poids contenu offrent une agilité remarquable, aussi bien en ville qu’en dehors. Très souple dès les bas régimes (160 Nm dès 1 500 tours), le 3-cylindres offre une vraie polyvalence à la Fabia. Sur autoroute, le régulateur de vitesse adaptatif agrémente les trajets, même s’ils sont longs.

Notons que cette Fabia sera assemblée sur les lignes de Sovac Production à Relizane dès l’année prochaine.

Portfolio

Vos commentaires

  • ]Le 17 septembre à 13:49[, par mgm22dz

    Vivement des motorisations plus intéressantes que les actuelles existantes chez nous:-))

Répondre à cet article