Accueil du site > Actualité > Actualité > Chronologie de la réalisation du record de la Golf GTI Clubsport (...)

Volkswagen : Chronologie de la réalisation du record de la Golf GTI Clubsport S

6 commentaires

Publié le jeudi 5 mai 2016 à 09:32, par Communiqué de Presse

Volkswagen revient sur le nouveau record du Nürburgring, détenu désormais par sa Golf GTi Clubsport S pour détailler la chronologie de la réalisation de ce chrono.

Une douce soirée de printemps. Nürburgring Nordschleife. Les températures sont à deux chiffres. Réchauffée, la voiture attend, crépitant sur la ligne de départ. La nouvelle Golf GTI Clubsport S. 310 ch. Le compte à rebours est lancé. La mission : écrire l’histoire. Aujourd’hui. Avec la voiture de série à traction la plus rapide sur le plus légendaire des circuits dans le monde. Un essai pour s’emparer du record.

Benjamin Leuchter (28), pilote automobile et instructeur au Volkswagen Driving Experience réalise les derniers contrôles de la pression d’air des pneus de série 19’’ semi-slicks. 1,9 bar à l’avant, 2,15 à l’arrière. Les pneus Michelin 235/35 ont été mis en température, tout comme le moteur. Leuchter met son casque et fait un signal de la main à Karsten Schebsdat : « Je suis prêt ». Schebsdat est le Responsable de la mise au point du châssis chez Volkswagen, et fait partie de l’équipe qui a développé la Golf GTI Clubsport S qui peut atteindre une vitesse de 265 km/h. Les passionnés des départements Développement, Marketing et Communication chez Volkswagen ont travaillé dessus. Des fans GTI. Ils ont passé de nombreux mois sur ce véhicule. Redéfinissant la GTI Clubsport « normal » et la Golf GTI TCR du championnat des véhicules de tourisme en un bijou sportif. Maintenant ils veulent savoir ce que leur « bébé » peut faire. Pour voir à quelle vitesse cette GTI peut aller sur le circuit le plus difficile au monde. Schebsdat tape sur le casque de Leuchter. Il démarre la voiture, choisit le mode “Individual” et active le réglage Nordschleife (boucle nord) du Nürburgring. Les caractéristiques spécifiques du moteur, de la direction et du contrôle adaptatif du châssis (DCC). La Nordschleife propose une combinaison unique de courbes et de routes bosselés. « Pour battre le record ici, la GTI doit être rapide tout en étant capable de gérer les bosses et les sauts », a expliqué Leuchter en fermant la porte de la voiture. La Clubsport S est spécialiste en ce genre. Le temps sera mesuré en passant le faisceau lumineux. Leuchter conduite en sortant de la pit lane. Un tour, 20,832 kilomètres. Départ. Le temps est compté.

La Clubsport S gronde jusqu’au Hatzenbach Wiggler. 4ème vitesse. « La voiture doit absorber les courbes proprement », dit Leuchter à la radio. « Nous avons mis une haute priorité afin que la GTI soit stable en courbe également », explique Schebsdat dans la pit lane avec un regard sur le chronomètre. La Clubsport S s’envole en direction de la section Hocheichen. 4ème vitesse, à environ 190 km/h. Vitesse maximale devant, une longue portion de ligne droite jusqu’à Quiddelbach Höhe puis à l’aéroport. Double courbes à droite, très rapide. 5ème vitesse ; jusqu’à 216 km/h. Radio à bord : “ Faites en sorte que je sois de retour sur l’accélérateur tôt, parce que je suis désormais en direction de Schwedenkreuz", et Leuchter reste sur la ligne idéale. « Passage de la 6ème ». A près de 240 km/h, la Clubsport S s’envole vers le saut à Schwedenkreuz. « La voiture est parfaite pour tout absorber ; elle rebondit et récupère immédiatement. Retour en 5ème. Retour de flamme de l’échappement. Maintenant à gauche sur Schwedenkreuz. Freinage intensif. 3ème vitesse. Aremberg et ensuite vers le Fuchsröhre. Leuchter : "Tout passe à plein régime. En allant très vite. Mais la voiture doit être parfaitement alignée lorsqu’elle entre au Fuchsröhre." La GTI atteint la Forêt Adenauer. En direction de Metzgesfeld maintenant. Courbe rapide à gauche. Il passe dans un temps record, puisque la GTI à un grand appui aérodynamique. La section Kallenhard. « Ici, il est possible de freiner fort au dernier moment, mais elle reste totalement contrôlable », Leuchter déclarera plus tard. Il continue : « Je peux faire confiance à la voiture. Même sur des routes bosselées. C’est important sur la Nordschleife pour être très rapide. »

Wehrseifen maintenant. Presque la moitié du temps après près de 9 kilomètres. 3ème vitesse. Breitscheid. Ex-Mühle. Une rapide montée sur la droite. Leuchter gagne le dixième dont il a besoin pour être plus rapide que toutes les autres : « Normalement, un véhicule traction montre du sous-virage ici. La GTI Clubsport S le montre légèrement à l’entrée de la courbe ; cela est compensé par une alternance de charge mineure. Ex-Mühle est également bosselé. La Golf le gère parfaitement bien. Comme dans les mines ». Fin de cette courbe et direction Kesselchen. Kilomètre 12. La GTI aplanit les bosses et courbes, et ne saute pas d’un millimètre. Kilomètre 13. Portion de route abrupte. 3ème vitesse. Montée à 27%. Le Karussell. Leuchter : « Dalles en béton, très bosselé, la GTI ne saute pas non plus ici. » Hohe Acht. Et maintenant la Eifel hills devient plus alpine, et la Nordschleife plus difficile. Le passage préféré de Leuchter : « Chaque mètre de la Hohe Acht jusqu’à la section Brünnchen est difficile pour la voiture et le conducteur. Wippermann, par exemple : Entrée très rapide. Juste toucher la bordure sur la gauche légèrement, puis droite. Et même ici, la GTI reste sur le tracé. C’est la clé d’un tour très rapide. » Sprint final. Pflanzgarten, le deuxième saut. La GTI saute légèrement, retourne sur la route et peut être conduit très rapidement jusqu’aux deux courbes à droite qui suivent. Leuchter : « Même lorsque cela rebondit aux limites, la GTI suit. » Kilomètre 17, la courbe Stefan-Bellof S. Bellof l’a conduit sur la Nordschleife, réalisant un record pour l’éternité. Dans une Porsche 956.007. 650 ch. Leuchter suit Bellof avec 340 ch de moins, mais avec le même esprit. Schwalbenschwanz, Galgenkopf : "Le Galgenkopf est également crucial pour un tour rapide. Si je peux conduire en sortie à haute vitesse, je peux atteindre Döttinger Höhe à une vitesse de plus de 250 km/h. » Quelques secondes plus tard, la Golf GTI Clubsport S passe aux travers du faisceau lumineux de la ligne d’arrivée. Un temps de 7’49’’21. Jamais un véhicule traction de série n’a fini un tour de la Nordschleife aussi vite.

Lire également

Sovac : Une remise de 100.000 DA sur la Volkswagen Golf Carat
Groupe Volkswagen : MOIA, la nouvelle société de services de mobilité du Groupe Volkswagen
Renault : Le calendrier des nouveautés en fuite
Seat : Plus de détails sur la Leon Cupra 300ch

Vos commentaires

  • ]Le 5 mai à 12:23[, par alinached

    Encore une foi,les francais ne vont pas aimer :’-))

  • ]Le 5 mai à 13:43[, par Fuel

    Bonjour,

    Quand je pense à tout le baratin de VW sur leur système Quattro sur la Golf R par rapport aux concurrentes restées en traction pour finalement utiliser la même recette pour pouvoir faire mieux ( Ce qui est logique tout de même par rapport au poids !), moi je dis bravo VW pour la belle contradiction :’-))

    Je ne néglige aucunement l’apport des roues motrices supplémentaires à l’arrière sur la Golf R ( Pas en terme de temps naturellement !), mais il ne faut pas narguer la concurrence sur un choix technique pour faire parfaitement comme eux ensuite...

  • ]Le 5 mai à 13:54[, par Flat4

    Fuel : le quattro c’est l’efficacité et efficace n’est pas synonyme de rapide. Efficace en courbe, sur sol glissant ...etc ce n’est pas donc aussi contradictoire que cela !

  • ]Le 5 mai à 14:07[, par Fuel

    @Flat4 : Je suis parfaitement d’accord avec vous, je dis d’ailleurs qu’il est logique de faire mieux avec une traction "en conditions optimales" je suis tenté d’ajouter. Ce qui m’a fait réagir c’est la contradiction d’un point de vu communicationnel, il ne fallait pas faire tout un tapage limite "anti-traction" pour faire pareil ensuite...

  • ]Le 5 mai à 14:27[, par Fuel

    Mince je viens de remarquer que c’est une boite mécanique ( Sur l’article vidéo )... Deuxième contradiction, sans négliger là aussi tout le bien de la boite DSG...

  • ]Le 5 mai à 17:42[, par M//Motorsport

    J’apprécie moins cette Golf , il a fallu enlever la banquette arriere ( mais mettre des sieges chaffants !!! c bien contradictoire ) la clim et tricher avec des pneus presque de compétition pour détroner la Civic de son statut , bien rusé VW .
    PS : une petite question hors sujet ( mais je reste tjr chez VW et leur golf :-)) ) sur la golf 6 sportline les laves phares avant sont t ils vraiment opérationnels ou bien c juste pour le décor !!! :-/

Répondre à cet article