Accueil du site > Actualité > Actualité > Cacophonie autour des licences 2018

Marché automobile algérien : Cacophonie autour des licences 2018

2 commentaires

Publié le vendredi 5 janvier 2018 à 15:28, par Khaled A.

Le quota et les licences d’importation de véhicules pour 2018 ne cessent de faire parler d’eux avec des sons de cloches différents issus du même ministère du Commerce.

Les acteurs du secteur automobile ne savent plus à quel saint se vouer avec les déclarations qui se contredisent depuis quelques jours avec l’annonce sur le site du ministère de la mise en place d’un contingent avant que le premier responsable, Mohamed Benmeradi, n’écarte le jour même cette possibilité qui n’ouvrira droit "qu’en cas de besoin qu’à certains produits comme les ambulances".

Une déclaration qui semblait mettre fin au débat, mais c’est loin d’être le cas puisque jeudi, la chaîne ElbiladTv diffusait une déclaration de Lyes Ferroukhi, chef de cabinet du ministre du Commerce, annonçant " que le ministère a mis en place un contingent quantitatif pour les véhicules automobiles à l’exclusion des collections CKD/SKD destinées au montage de véhicules et que cela se fera quand le besoin se fera sentir et qu’il sera annoncé par voie de presse, aussi bien les besoins que ceux qui seront autorisés à le faire".

Et ce n’est pas terminé puisque ce matin même, c’est au tour de Said Djellab, directeur du commerce extérieur au ministère du Commerce dans une déclaration à la Radio chaine 3, qui confirme la déclaration du ministre, celle de l’absence de quota et de licences pour cette année 2018.

Vos commentaires

  • ]Le 5 janvier à 18:52[, par fviz

    salut ; sinistre , épouvantable , cauchemardesque , mais hilarant , amusant , burlesque est cet énorme purgatoire qu’est l’Algérie ou dieu a décider de nous punir et de nous humilier par la main de cette junte grotesque ; que sa volonté soit faite puisque nous le méritons et puisse t’il expier nos péchés et pardonner notre lâcheté .

  • ]Le 6 janvier à 14:30[, par Djamel

    Amine !

Répondre à cet article