Accueil du site > Actualité > Actualité > Ça discute toujours pour le Groupe Volkswagen

Industrie Automobile : Ça discute toujours pour le Groupe Volkswagen

3 commentaires

Publié le dimanche 17 juillet 2016 à 18:17, par Khaled A.

L’installation de l’usine du Groupe Volkswagen avec son représentant algérien SOVAC est toujours au centre des discussions, a annoncé aujourd’hui Abdeslam Bouchouareb.

Le premier responsable de l’Industrie et des Mines a réaffirmé que le projet de l’usine Volkswagen en Algérie "était en cours" mais sans fournir plus de détails, selon l’APS.

Pour rappel, l’usine du Groupe Sovac sera implantée à Relizane et verra sa production atteindre 100.000 unités en 2022 avec plusieurs modèles issus de la chaîne tels aussi bien de la marque Volkswagen que Skoda et Seat.

Vos commentaires

  • ]Le 18 juillet 2016 à 01:17[, par YOUGOURTHEN

    Les allemands insistent pour produire des Golf et des Passat, Bouchouareb maintient son choix de la seule Fabia :’-))

  • ]Le 18 juillet 2016 à 09:31[, par mizand

    nous on aime discuter, une Fabia pour nous et une Passat pour eux.

  • ]Le 18 juillet 2016 à 10:27[, par blumy31

    C’est totalement illogique tous ça.
    Nous n’avons aucune capacité à produire correctement une seule agrafe alors monter toute une voiture aux normes allemandes ??
    C’est comme faire du montage sur la lune ou sur mars, ou sous l’eau avec des poissons qui regardent !
    L’état algérien a commencé par poser le toit avant de creuser les fondations.
    Et combien va couter une Voiture Made in Bladi, Sovac a le culot de proposer une skoda Rapid 1.6 avec GPL importée est à "270U".
    En tout cas le projet n’est pas du tout clair : pas de logistique, taux d’intégration nul, industrie de base acier/plastique inexistante, inflation, demande intérieure réelle faible, et impossibilité d’exporter...alors comment ils vont faire ???
    J’aimerai bien voir l’étude et l’analyse du marché qu’ a réalisé sovac, une chose est sure si ça valait la peine Volkswagen aurait elle même créer son usine et n’attendra pas qu’un importateur le fasse avec l’argent des banques publiques.

Répondre à cet article