Accueil du site > Actualité > Actualité > Bye-bye Yeti, bonjour Karoq

Skoda : Bye-bye Yeti, bonjour Karoq

6 commentaires

Publié le dimanche 21 mai 2017 à 17:09, par Khaled A.

Le constructeur tchèque Skoda a dévoilé jeudi en fin de journée son SUV Karoq, remplaçant du sympathique et décalé Yeti au succès indéniable.

Tout a été dit sur le Skoda Kodiaq et il ne manquait que les photos officielles pour « mieux apprécier » le design adopté par celui qui aura la lourde tâche de perpétuer le succès enregistré par son prédécesseur, le Skoda Yeti. Mieux apprécier car des photos en fuites avaient permis de se faire une idée sur le Karoq qui, en tant que cousin -germain du Seat Ateca, les deux partageant la même plate-forme, s’offre néanmoins quelques différences avec le premier SUV ibérique. Esthétiquement, le Karoq rompt donc totalement avec le design peu conventionnel du Yeti en s’appropriant le langage de son frère aîné Kodiaq, du moins sur la face avant avec ces double-optiques, qui peuvent être Full-Led et la grande calandre verticale. La partie arrière l’est moins avec un hayon adoptant une forme bombée tandis que les blocs optiques, les feux stop et l’éclairage de plaque bénéficient de la technologie LED. Les feux arrière génèrent la traditionnelle signature lumineuse en « C » de ŠKODA.

Le Skoda Karoq est un SUV mesure 4 382 mm de longueur, est large de 1 841 mm, haut de 1 605 mm et un empattement de 2 638 millimètres (version quatre roues motrices : 2 630 mm), des mensurations qui devraient, comme d’habitude chez Skoda, bénéficier aux passagers. Le compartiment à bagages a une capacité de 521 litres avec les sièges arrière en place. Avec les sièges arrière repliés, le volume augmente à 1 630 litres. En combinaison avec la banquette arrière optionnel VarioFlex, l’espace de chargement est variable et peut contenir entre 479 et 588 litres. Les sièges peuvent également être complètement enlevés – et le SUV propose une capacité de chargement digne d’une camionnette avec une valeur maximale de 1 810 litres.

Le SUV se dotera d’une pléiade d’équipements à l’image de la deuxième génération du kit d’infodivertissement modulaire du Groupe, il embarquera une gamme complète de systèmes d’assistance au conducteur. Les nouveaux systèmes de confort incluent l’assistant de stationnement, l’assistant de file et l’assistant de trafic. Blind Spot Detect, Front Assist avec protection prédictive pour les piétons et Emergency Assistant servent à accroître la sécurité. Notons que le Karoq peut remorquer jusqu’à deux tonnes. Le nouvel assistant de remorque aide à manœuvrer. Des systèmes supplémentaires d’assistance au conducteur sont disponibles pour que Karoq garde la voiture à une distance sûre de la voiture qui précède, rendant plus facile pour le conducteur de changer et de rester dans sa voie, signaler les panneaux de signalisation importants et assister au stationnement.

Tableau de bord numérique, une première chez Skoda

Surfant sur l’air du temps, le Karoq s’offre en primauté pour un modèle de la marque le tableau de bord numérique entièrement programmable, les affichages du poste de pilotage pouvant être réglés sur les souhaits individuels du conducteur. Avec l’affichage Classic, le compte-tours et le tachymètre prennent la forme de cadrans ronds et s’affichent à droite et à gauche de l’écran. La zone séparant ces deux cadrans peut être configurée de manière personnalisée : par exemple avec l’affichage du programme de divertissement actif ou la carte, qui peut être agrandie. Avec l’affichage Digital, un écran principal couvre l’intégralité de la largeur de la console pour afficher par exemple le programme de divertissement actif ou la carte. Au-dessus et en dessous de cet écran, de petits modules digitaux peuvent encore être affichés, par exemple pour la vitesse, le rapport recommandé, la reconnaissance des panneaux de signalisation, la distance restant à parcourir, la distance jusqu’au prochain changement de direction sur l’itinéraire programmé ou encore la distance déjà parcourue. Avec l’affichage Info-Profile, un large écran central permet d’afficher par exemple la carte. À gauche, à droite et au-dessus, des modules d’informations additionnels peuvent être affichés, par exemple pour la vitesse, l’écran de navigation avec des pictogrammes, l’indicateur de rapport, la reconnaissance des panneaux de signalisation (comme la limitation de vitesse, les restrictions de dépassement) ou le temps avant d’arriver à destination, etc. Enfin, avec l’affichage Reduced, deux grands écrans affichent les informations sélectionnées, par exemple la vitesse actuelle et l’autonomie du véhicule. Des informations de base additionnelles (l’heure, etc.) apparaissent en haut et en bas de l’écran. Lorsque la navigation est active, une flèche de guidage apparaît au centre de l’écran.

Ces quatre configurations ne constituent que l’architecture de base de l’affichage. Le conducteur peut utiliser un bouton de défilement sur l’écran interactif du Modular Infotainment Matrix (MIB) afin de choisir quels modules d’affichage apparaissent dans quelle section de la console et ajuster leur taille. Les informations relatives au système audio, au téléphone, aux systèmes d’assistance (Lane Assist, Front Assist, etc.) ou au statut du véhicule peuvent également être configurées pour apparaître à droite, à gauche ou au centre de l’affichage.   L’équipement du Karoq propose également deux autres innovations : le volant chauffant et les trois clés personnalisables. Dès que l’un des conducteurs du véhicule déverrouille le KAROQ, ses réglages individuels sont sélectionnés. Ces réglages couvrent un spectre de fonctions très large : profil du conducteur, systèmes d’aide à la conduite, éclairage intérieur et extérieur, Climatronic, systèmes d’infodivertissement et sièges électriques notamment. En outre, les sièges avant et arrière disposent d’une fonction de chauffage.

Sous le capot, le Skoda Karoq sera proposé avec cinq variantes, deux moteurs essence et trois moteurs diesel. Les deux moteurs essence et deux diesel sont nouveaux dans la gamme. Les plages de cylindrée sont de 1.0, 1.5, 1.6 et 2.0 litres ; la gamme de puissance est de 115 ch à 190 ch. Tous les moteurs sont des équipés d’injection directe turbo-chargées et disposent d’une technologie start-stop et d’une récupération d’énergie au freinage. À l’exception du diesel le plus puissant, tous les entraînements peuvent être commandés avec une boîte de vitesses manuelle à 6 vitesses ou une boite automatique à double embrayage DSG à 7 vitesses. Le nouveau TSI 1.5 a la particularité d’être équipé de la désactivation des cylindres. Le 2.0 TDI avec 140190 CV est livré en standard avec la transmission 4×4 et la boite DSG à 7 vitesses. Selon la finition, une sélection de profil de conduite avec les modes Normal, Sport, Eco, Individuel et Neige (4×4) est disponible sur demande.

Vos commentaires

  • ]Le 21 mai à 22:05[, par YOUGOURTHEN

    Soit les messieurs qui sont à côté sont tous des géants, soit ce Karoq est plus bas que le Yeti !

  • ]Le 21 mai à 22:07[, par YOUGOURTHEN

    9 cm comme même

  • ]Le 22 mai à 10:00[, par VROOOUM

    Bonjour,
    Heureusement qu’il lui ont donné un nom différent.
    Pour ma part, je reste très attaché à mon Yeti jusqu’au jour où retourne se reposer dans son Himalaya natal !

  • ]Le 22 mai à 15:50[, par VeyronBugatti

    @ Vroom

    Je n’est jamais croisé le Yeti ni le monstre du Lochness même en circulant de nuit !!!!!

    Le Yeti est vraiment attachant, le cousin en est pleinement satisfait, son seul regret est que chez nous contrairement à ailleurs il n’y a pas de version avec la boite DSG !!!!!!!!!!!!!!!!!

  • ]Le 22 mai à 19:33[, par VROOOUM

    @VeyronBugatti,
    Merci pour le clin d’œil !
    Je suis totalement d’accord avec toi, c’est son seul défaut.
    Je suis sûr qu’en le conduisant avec une boite DSG j’aurai été plus à l’aise (je confirme, qu’ayant conduit d’autres véhicule à boite manuelle, celle du Yeti est à mon goût un peu capricieuse)

  • ]Le 22 mai à 19:53[, par YOUGOURTHEN

    C’est certain, le Yeti manquera beaucoup à tout le monde. Je l’ai eu pendant 27 mois et était très satisfait... dommage que je ne l’ai plus

Répondre à cet article