Accueil du site > Actualité > Actualité > "Asseoir une industrie automobile intégrée en Algérie prendra plus de deux (...)

Youcef Yousfi, Ministre de l’Industrie et des Mines : "Asseoir une industrie automobile intégrée en Algérie prendra plus de deux décennies"

2 commentaires

Publié le vendredi 23 novembre 2018 à 14:31, par APS

L’Algérie a besoin de 20 à 30 ans pour asseoir une industrie automobile intégrée à même d’offrir des produits concurrentiels à la portée du consommateur algérien, de pallier aux importations et d’atteindre l’exportation, a déclaré jeudi le ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi.

Lors d’une plénière à l’Assemblée populaire nationale (APN) consacrée aux questions orales, le ministre a précisé que "le principal objectif (à travers l’appui des projets automobiles) n’est pas le montage mais asseoir plutôt une véritable industrie automobile, et ceci prendra entre 20 à 30 ans".

Construire une vraie base industrielle dans ce domaine passe, en premier lieu, par des projets de montage puis par une intégration progressive de la sous-traitance, à travers l’industrialisation locale de composants de qualité aptes à être intégrés par les constructeurs, a-t-il ajouté.

Affirmant que "c’est là, le seul moyen pour parvenir à des prix bas et concurrentiels dans l’intérêt du consommateur algérien", le ministre a mis l’accent sur la nécessité d’accompagner ce processus par des mécanismes qui garantissent la transparence.

Il a évoqué, dans ce contexte, les opérations de contrôle des usines pour s’assurer du respect de tous les engagements, précisant que toute infraction entraine l’application des sanctions prévues dans le cahier de charges, qui comprend, -at-il souligné, plusieurs clauses relatives aux prix.

Dans le cadre de cette transparence, les prix des véhicules montés en Algérie à leur sortie d’usine ont été rendus public, a-t-il rappelé, ajoutant que "la publication de ces prix se voulait une concrétisation de notre engagement (...) à garantir la transparence et à veiller à ce que les prix soient raisonnables, et ce en collaboration avec d’autres secteurs directement concernés".

Cette opération a été favorablement accueillie par les investisseurs qui ont affirmé que la hausse du taux d’intégration et des niveaux de production entrainera une baisse sensible des prix et que la cherté des prix actuels était due aux coûts de l’investissement, aux faibles capacités de production des usines par rapport à la à la demande, selon les explications du ministre.

Lire également

Kia Al Djazaïr : Le Kia Sorento facelift MIB présenté
DMAA - Land Rover Jaguar : Jusqu’à 50% de remises au sein du SAV
Partenariat : Groupe PSA et Toyota ouvrent un nouveau chapitre
Sous-traitance : Une usine Motrex pour accompagner TMC
Partenariat : PSA et Toyota recentrent leur alliance sur les utilitaires
Industrie automobile : 2ème "Assises e l’Industrie Automobile & Véhicules" ce 26 novembre
Industrie Automobile : Le ministre Yousfi encourage les entreprises hongroises à investir
Klaus Ziegler (vice-président des achats SEAT) : "Améliorer notre présence industrielle en Algérie"

Vos commentaires

  • ]Le 25 novembre à 14:46[, par hinder3

    Il y a quelques semaines il disais qu’il y’allais y avoir une reduction du prix des voitures a partir de janvier 2019 , et maintenant un autre son de cloche :-P

  • ]Le 26 novembre à 00:01[, par YOUGOURTHEN

    Bande de charognards, laisser faire Rebrab et vous verrez les 2 décennies

Répondre à cet article