Accueil du site > Actualité > Actualité > "Amener l’univers de l’habitat dans la voiture avec (...)

3 questions à Stéphane Janin, responsable de design des concept-cars chez Renault : "Amener l’univers de l’habitat dans la voiture avec Symbioz"

Publié le lundi 18 septembre 2017 à 10:00, par Khaled A.

Stéphane Janin dirige le service de design des concept-cars chez Renault depuis 2014. C’est à ce titre qu’il a mené, avec toute son équipe, le développement du concept Symbioz présenté au salon de Francfort 2017.

Par rapport au développement des précédents concepts Trezoret R.S. 2027 Vision, il a fallu travailler différemment du fait de l’association de cette voiture avec une véritable maison ! Il nous dévoile les détails de cette démarche inédite.

Est-ce qu’on dessine un concept-car comme Symbioz de la même manière qu’un concept-car habituel ? Le fait qu’une maison y soit associée change-t-il beaucoup de choses ?

Non, c’est un fait, on ne dessine pas de la même façon ! Il a fallu s’adapter pour prendre en compte une dimension nouvelle et totalement inédite pour nous : la présence du véhicule dans un milieu domestique ! Ce qui a impliqué d’énormément travailler sur la perception de la voiture, sur le ressenti qu’elle offrait à première vue.

La douceur de ses formes et de ses couleurs, la grande transparence de sa partie vitrée sont, par exemple, des conséquences de cette adaptation. Le choix du cuivre pour la carrosserie s’est logiquement imposé, car c’est une teinte douce en perception, qui rappelle plus un environnement domestique que celui d’une « machine ». Le traitement cristal des surfaces vitrées permet de son côté d’apporter de la zénitude à l’habitacle.

Comment retrouve-t-on l’univers de l’habitat dans la voiture ? Et inversement, celui de la voiture dans la maison ?

Pour amener l’univers de l’habitat dans la voiture et que ce soit bien visible, nous avons d’abord travaillé à l’harmonisation des couleurs et des matières. D’où le choix du cuivre pour l’extérieur, on l’a dit, mais aussi du gris rehaussé de bleu pour l’intérieur. Ces teintes sont assez standards dans l’habitat moderne et épuré, façon « scandinave » si l’on veut. C’est parlant.

Du côté des matières, nous avons amené dans la voiture du bois, du marbre et même de la porcelaine, qui sont des matériaux de construction et de décor très liés à l’habitat. Le challenge était de pouvoir les traiter de manière high-tech en matière d’affinage et de découpe, pour qu’ils rentrent dans le cadre d’un usage automobile, notamment en termes de poids. Sans oublier le feutre des fauteuils de Symbioz qui est le même que celui du grand canapé de la maison. Une création signée de la designer textile Aleksandra Gaca.

Enfin, dans le sens inverse, on remarque que la maison n’a pas de murs ni de piliers intérieurs. Tout le rez-de-chaussée est une vaste pièce à vivre. Une configuration inspirée par celle de l’habitacle de la voiture, sans pied milieu ni tunnel de transmission.

Quels sont les éléments de design les plus remarquables sur SYMBIOZ ? Qu’aimeriez-vous retrouver sur les modèles de série Renault de demain ?

J’aimerais d’abord retrouver la silhouette de Symbioz car j’aime cette idée d’une voiture qui soit à la fois monocorps, basse et racée. Elle offre un vaste habitacle lui-même baigné de lumière grâce à nos innovations sur la superstructure et la partie vitrée. Nous somme devant la berline familiale du futur, dotée d’un design très moderne et que l’on identifie immédiatement comme étant une Renault.

Enfin, si je devais retenir un petit détail, ce serait l’intégration du marbre dans l’habitacle, sur la planche de bord et sur la petite table centrale. Cela contribue grandement à emmener les passagers de cette voiture dans l’univers de l’habitat et de la maison.

Répondre à cet article