Accueil du site > Actualité > Actualité > Ambition de dépasser les 100.000 unités/an à partir de 2022

Renault Algérie Production : Ambition de dépasser les 100.000 unités/an à partir de 2022

Publié le dimanche 10 décembre 2017 à 14:14, par Khaled A.

A l’occasion du déroulement de l’édition 2017 du salon "Autowest", Renault Algérie Production fête ses 3 ans et fait le bilan industriel et humain de l’aventure "Made In Bladi" et fait part de ses ambitions.

Fruit d’un partenariat solide et durable entre le Groupe Renault, la SNVI et le FNI, l’usine de Renault Algérie Production a accéléré son développement et dépassé ses objectifs, depuis son inauguration le 10 novembre 2014 avec en seulement trois ans :
- Plus de 100 000 véhicules fabriqués, passant de 20 000 véhicules produits en 2015, à 42 000 en 2016, pour finir cette année 2017 à 60 000 véhicules tombés de chaine.
- Plus de 1 060 collaborateurs recrutés et formés aux métiers de l’industrie automobile, soit plus du quadruple des effectifs par rapport au démarrage, et plus de 600 emplois indirects créés.
- En parallèle, Renault Algérie Production, travaille avec 150 fournisseurs de services et bien d’équipement.
- 5 fournisseurs locaux accompagnent l’usine dans l’intégration locale des pièces embarquées sur nos véhicules. Le taux d’intégration atteint désormais 30%, incluant des pièces majeures telles que les sièges et les câblages.
- Un troisième modèle sera lancé sur la chaine de montage, soit 3 modèles en 3 ans, illustrant la capacité des équipes à gérer une diversité de production croissante avec un vrai savoir-faire Renault .

L’usine RAP c’est désormais 1 voiture assemblée toutes les 4 minutes, soit 14 chaque heure (25 unités/jour lors de l’inauguration) et le montage d’un véhicule en entier dure 120 minutes. Notons que les modèles RAP subissent un taux d’assemblage de 2500 pièces/véhicule.

Ceci dit, l’usine Renault Algérie Production tourne à 60.000 unités/an, soit pas très loin de sa capacité de 75.000/an annoncée lors de la signature du pacte d’associés. Un objectif qui sera atteint bien avant les délais et qui ouvre de nouvelle perspectives à RAP. En effet, l’un des slides utilisés lors de la conférence de presse dévoile l’ambition de Renault Algérie Production, celle de dépasser à l’horizon 2022 les 100.000 unités/an après l’entrée en activité de la seconde phase avec les batiments "Tolerie" et "Peinture" et dont le coût avoisine les 300 millions d’euros, selon le président du directoire de la SGP Equipements industriels et agricoles, Bachir Dehimi, avant de voir l’investissement totale atteindre "les 800 millions d’euros dans l’étape de la fabrication d’une moyenne annuelle de 150.000 véhicules", toujours selon Mr Dehimi.

Une sous-traitance qui va et doit suivre

Le Groupe Renault a tout au long de ces 3 années fait la promotion de la sous-traitance locale. Le leader de l’automobile en Algérie a d’ailleurs organisé la première Convention de la Sous-Traitance à Oran, en avril 2017. À cette occasion, 200 fournisseurs, locaux et internationaux, venus notamment de France, de Roumanie, de Turquie, d’Iran, de Corée du Sud et du Japon, ont été invités afin de s’informer sur l’état d’avancement de l’usine de Renault Algérie Production et sur les possibilités de partenariats que ce projet offre en matière de sous-traitance.

Disposant de 5 sous-traitants pour le moment, l’usine RAP devrait voir ce réseau d’équipementiers s’élargir afin de s’approvisionner en panneaux de portes, planches de bord, vitres, systèmes d’échappement, radiateurs, batteries et autre pneumatiques et ce dans le but d’atteindre un taux d’intégration locale, réaffirmé, de 45% en 2023.

Au-delà de la sous-traitance automobile, le Groupe Renault continue à participer au développement durable économique algérien en encourageant son réseau de fournisseurs mondiaux à s’engager aux côtés d’entreprises algériennes performantes. C’est le cas d’ARKAS LINE, armateur turc, qui vient de s’associer à CNAN-MED, acteur historique du transport maritime de marchandise et leader du marché algérien, pour réaliser des flux logistiques nécessaires à la production des véhicules à Oued Tlelat, chiffré à 600 containers/semaine.

Répondre à cet article