Accueil du site > Actualité > Actualité > Acquérir un véhicule particulier, le souhait de beaucoup d’Algériens (...)

Marché automobile algérien : Acquérir un véhicule particulier, le souhait de beaucoup d’Algériens malmenés par les transporteurs privés

8 commentaires

Publié le mardi 22 août 2017 à 11:27, par Radio Algérie

Contrairement à ce qui en était attendu, la baisse drastique des importations de véhicules, et par à coup l’augmentation de leur coût, des nationaux n’ont pas, pour autant, été dissuadés de faire l’achat d’un moyen de transport personnel, désormais perçu comme une nécessité.

Le reporter de la chaine 3 de la Radio Algérienne, qui consacre son attention à ce sujet, relève qu’en dépit des prix « dissuasifs » observés sur les marchés des véhicules, « neufs ou d’occasion », ces derniers sont devenus l’objet « de tous les fantasmes » pour beaucoup d’Algériens.

Interrogé, le président de l’Association de protection des consommateurs estime que cette situation trouve son origine dans la « désorganisation » du secteur des transports collectifs. « Nous n’avons pas un véritable service de transports en commun » qui assure une continuité de service, affirme M. Hassan Menouar relevant que de plus, l’usager ne bénéficie pas de la bonne prestation pour laquelle il a payé.

Plus incisif, il observe que dans le secteur des transports, « tout le monde fait ce qu’il veut ». A cet effet, il cite en exemple un propriétaire d’un taxi « qui, dit-il, se lève le matin quand il veut, travaille quand il veut et rentre chez lui quand il veut ». Il en est de même, ajoute M. Menouar, des transporteurs de bus qui imposent leur « diktat » aux voyageurs.

Revenant au désir des Algériens de posséder leur véhicule propre, le journaliste de la chaine 3 fait parler des citoyens rencontrés dans la rue qui, unanimes, repondent que la voiture reste un outil indispensable, « pour celui qui possède les moyens financiers pour l’acheter », déclare l’un d’eux.

Elles sont nombreuses les personnes questionnées à pointer du doigt les transporteurs privés qui, « à partir de 18 heures » désertent leur service, et d’autres à se plaindre d’avoir à patienter plus d’une demie heure pour voir arriver un transport en commun.

Nadir, un chauffeur de taxi, explique pourquoi il arrête ses dessertes à partir d’un certain moment de la journée : « il n’y a pas de sécurité, à partir de 17 heure, dit-il, je rentre à la maison », contrairement aux années 85 durant lesquelles, assure-t-il, il cessait son travail vers 1 ou 2 heures du matin.

Critique à l’endroit des pouvoirs publics, l’économiste Khaled Amar considère de son coté, que les transports en commun sont loin de répondre aux besoins de la population. « On a, déclare-t-il, opté pour une mobilité par véhicule individuel, au lieu de mettre l’accent sur un système de transport d’usagers, ponctuel facilitant les déplacements d’un endroit à un autre en toute sécurité ».

« Ailleurs, reprend-il, la priorité est accordée aux transports collectifs, même si il existe une industrie de l’automobile. Mais ici, vous ne pouvez vivre sans posséder un véhicule particulier ».

Vos commentaires

  • ]Le 23 août à 14:13[, par VeyronBugatti

    De passage à ma banque hier pour régler un problème et vue que 70% du personnel est en congé, j’ai dû attendre 1 heure et ma foi le nombre hallucinant de personnes ( femmes, hommes de tout âge) sont venus se renseigner sur le crédit auto !!! Impossible de les compter ( ma banque est conventionné avec Renault et Hyundai !

  • ]Le 23 août à 14:59[, par LRM

    Mes perspective d’acquérir un véhicule personnel ( et pas seulement) dans ce pays est proche du néant.

    Résultat, je suis entrain de préparé le nécessaire pour quitter ce *****.

  • ]Le 23 août à 16:09[, par artic

    @IRM : On y songe tous serieusement ces temps si , par la force des choses , on travail dur ,on trime , on fait des sacrifices , mais on tourne casiment en rond dans ce bled . s`en est afligent . pour l`histoire de l`algerien qui veux sont propre carosse , n`est pas en soi une decouverte extraordinaire , seul on peux s`avanturer avec les transports en commmun pour resoudre une cources ou autre si on dispose de la journe` entiere si non , avec famille gosses et manque de temps et tous ce qui s`en suit , la voiture est mortelemnt indispensable dans notre cher paye .

    pour les prix pratiquer et les gens , et bain parail , le parcking de mon cartier et plein a craquer de ces 2017 payer a credit , c dire que le peuple algerien etonera toujours et est source de mystres

  • ]Le 23 août à 21:54[, par sami1

    content d’avoir quitté ce :-(( de bled

  • ]Le 23 août à 23:30[, par LRM

    @sami1

    Tant mieux et bonne chance, tache de te rendre utile dans ton nouveau pays d’accueil pour une integration réussite.

  • ]Le 24 août à 12:04[, par VeyronBugatti

    La chose qui m’a attristé avant hier c’est l’énorme détresse des hommes et femmes qui parlé à voix basse au préposé au guichet. !! Même pour ceux qui étaient âgés , je constaté leur besoin d’auto c’était triste. !! Même moi à 50 ans, je me demande si ce n’est pas sage de quitter notre pays pour lequel Mon Père Allah yarhamou avait sacrifié sa jeunesse ( 64 mois de prison et de torture) !!!! " Merci Massu"

  • ]Le 26 août à 02:31[, par mizand

    et il faut un reporter pour decouvrir ca, waw quel scoop, je peut en donner plein dans cette liste ; les algériens on en marre d habiter chez leur parents et veulent un logement, les algériens on en marre d aller dans les cabinet de medecin privée et veulent des hôpitaux de meilleurs qualité, les algériens on n en marre de donner des cours privée a leurs enfants et veulent un enseignment public de bonne qualité, les algérien on n en marre tout simplement

  • ]Le 27 août à 14:43[, par LRM

    @mizand

    Ta oublier que les algériens ont marre d’être algériens.

Répondre à cet article