Accueil du site > Actualité > Actualité > A la rencontre du Tucson

2016 Euro Cup Media Trip : A la rencontre du Tucson

2 commentaires

Publié le jeudi 30 juin 2016 à 14:41, par Khaled A.

Profitant de l’invitation de Cima Motors pour le "2016 Euro Cup Media Trip", une rencontre avec la gamme Hyundai a permis de croiser la nouvelle génération du Tucson pour une prise en main courte mais pleine d’enseignements.

C’est la troisième génération Tucson, le SUV compact maison chez Hyundai a changé complètement de robe et s’est offert en 2015 un nouveau style résolument plus musclé et plus moderne en adoptant les derniers codes de la marque et un ensemble est clairement inspiré de son grand frère Santa Fé, le tout lui conférant plus de caractère et plus d’agressivité. Bien proportionné (4,475 mètres de long pour 1,85 m de large),le coréen réussit là où son prédécesseur avait fait montre d’une certaine timidité esthétique.

Ce nouveau Tucson adopte la nouvelle identité de la gamme avec cette calandre hexagonale reliant les optiques à LED pour créer une identité visuelle exclusive. La face avant est nettement plus imposante, les optiques gagnent en volume et le bouclier est plus massif. Le positionnement des montants A et la forme directionnelle des passages de roue accentuent l’impression de dynamisme qui se dégage du véhicule, même à l’arrêt. Les formes sont plus marquées grâce à des lignes tendues qui viennent lui conférer plus de caractère et de dynamisme, à l’image de cette ligne de caisse qui traverse quasiment tout le véhicule. La partie arrière adopte des feux inspirés des dernières productions de la marque, avec un dessin longiligne et doté de formes pointues. L’emplacement de la plaque minéralogique a été rabaissé dans la partie basse du hayon qui semble être scindé en trois parties, lunette arrière incluse, et le bouclier est agrémenté d’un extracteur.

Le nouveau Tucson se met à la page à tous les niveaux, sur le plan qualitatif avec une présentation et des équipements dans l’air du temps. Les incontournables systèmes d’aides à la conduite font leur apparition, que ce soit le système de freinage d’urgence avec arrêt automatique ou la lecture des panneaux de signalisation, le Lane Assist, park assist même en bataille, la vision 360°, etc.

Le traitement de l’habitacle est moins ambitieux, avec un dessin plus conventionnel, mais qui a le gros avantage d’être convivial et accueillant. La qualité des plastiques, certes durs, des ajustements et la présentation très soignée sont dignes du segment premium. Son habitacle gagne en qualité, surtout avec l’immense toit panoramique ouvrant, l’indicateur abandonne ce dégradé de bleu au profit d’un affichage blanc sur noir, plus sobre et plus dans l’air du temps. Un écran couleur tactile de 5’’ trône au sommet de la console centrale, dont le style est résolument plus moderne. L’ergonomie est excellente et les boutons tombent automatiquement à portée de main L’habitabilité est aussi de la partie et généreusement tant à l’avant qu’à l’arrière et dont les sièges sont, à l’avant et à l’arrière, chauffants et ventilés pour ceux des passagers avant. Le coffre, à hayon électrique, affiche 513 litres et 1.719 litres au total avec banquette rabattable et formant un plancher plat.

Courte prise en main, premières impressions

Notre essai (plutôt une ballade tranquille en mode convoi qui ne laisse pas l’opportunité à une vraie prise en main), s’est déroulé à bord d’un Hyundai Tucson animé par le 1.6 T-GDI, essence, qui développe 177 chevaux à 5 500 tr/mn, et uniquement associé à la boîte DCT-7, une boîte de vitesses à double embrayage à 7 rapports.

Une petite cylindrée pour un SUV pareil pourrait laisser planer des doutes mais ce 4-cylindres développe une puissance confortable, et une belle souplesse (265 Nm de 1.500 à 4.500 tr/min) tout en se montrant silencieux et agréable. La boîte DCT7-, même si elle n’est pas rapide, est clairement programmée pour sa douceur et son agrément , la fonction Sport étant disponible pour un peu plus de punch. Grâce à son nouveau châssis, le Tucson a réussi à effacer le gros des critiques de l’ancienne mouture, offrant du confort, un train avant précis et surtout moins de roulis dans les parties sinueuses que nous avons eu à affronter avec des vitesses adéquates à un essai.

Autre particularité de cette version essence 1.6 T-GDI , la transmission 4×4 disponible ici,délivre 100% de la puissance aux roues avant en utilisation normale et jusqu’à 40% aux roues arrière de façon automatique. Efficace en toutes circonstances, la répartition peut même être bloquée manuellement à 50%/50% afin d’améliorer la stabilité à basse vitesse.

Beau produit, très bien réalisé, cette troisième génération de Hyundai Tucson affirme ainsi son évolution et surtout sa montée en gamme, une livrée aux antipodes de ce qui se faisait sur la première génération qui, pour rappel, ne date que d’à peine une dizaine d’années… oui, le Tucson premier du nom a été lancé en 2004, c’est dire le chemin parcouru depuis !

Portfolio

Vos commentaires

  • ]Le 1er juillet à 13:31[, par momo

    Voici un constructeur qui ne parle pas trop, qui s’affirme au niveau mondial !
    Un géant de l’automobile avec des productions aussi fiables les unes que les autres et défiant toutes les conditions climatiques au monde, que ce soit les 50°c de Dubai ou Jeddah ou les -40°c de la Russie ou du Canada ! Hyundai produit des voitures mondiales pour tout le monde et est présent partout ! D’ailleurs, le seul constructeur qui inquiète réellement Toyota, c’est Hyundai, eux même chez toyota, ils le reconnaissent !
    Ce Tucson (ou Tusson, selon la prononciation dans certaines régions du globe) est très bien construit ! très bien fini ! Très bien insonorisé ! il a de la gueule !
    Son nouveau style plait bcp, avec pas de trop de chichi comme on dit !
    La qualité des photos par l’équipe d’autoalgérie sont comme d’habitude superbes et l’essai est complet !

  • ]Le 2 juillet à 18:31[, par artic

    Il done envie de l`acheter ce Tucson , l`aspect pataud et presque ringard a disparue laissant place a un disign tre afute` , vraimant chapeau . l`interieur aussi me plait particulierement surement a cause de sa resemblance que tre peux cache` au fabrication allmande du meme segement on va dire .

    pour la progression fulgurante rien ne metonne de leur part, apres avoir travailer avec eux `` les coreins `` et constater qu`ils aprennent et ce corige et progressent a une vitesse fulgurante ( pragmatique jusqua la moile ) , donc rien d`etonant a une t`elle progression en 10 ans . ou somme nous ,,, nous ???.

Répondre à cet article