Accueil du site > Actualité > Actualité > 485km d’autonomie pour le Kia e-Niro

Mondial de Paris 2018 : 485km d’autonomie pour le Kia e-Niro

Publié le mercredi 19 septembre 2018 à 09:05, par La rédaction

Le nouveau Kia e-Niro, qui fera ses débuts au Mondial de Paris, offre une autonomie de jusqu’à 485 kilomètres en une seule charge assurée par une batterie en lithium-polymère haute capacité de 64 kWh

Le tout nouveau e-Niro, premier véhicule multisegment tout électrique de Kia, affiche autonomie de jusqu’à 485 kilomètres pour une seule charge et confirmé par l’homologation européenne en cycle combiné (WLTP). Une autonomie affichée lorsque le e-Niro est alimenté par une batterie en lithium-polymère haute capacité de 64 kWh. En cycle d’essai « urbain » WLTP, le e-Niro est en mesure de parcourir jusqu’à 615 km, distance supérieure à celle de nombreuses voitures à essence. Et 54 minutes suffisent pour recharger 80% de la batterie de 64 kWh du e-Niro lorsqu’il est branché sur une borne de recharge rapide de 100 kW. Testée et classée elle aussi, la batterie standard de 39,2 kWh du véhicule offre à son conducteur une autonomie de jusqu’à 312 km à zéro émission, et ce pour une charge complète (en cycle combiné WLTP).

Les modèles équipés de batteries longue distance de 64 kWh sont couplés à un moteur de 150 kW (204 ch) qui développe un couple de 395 Nm, ce qui permet au e-Niro d’accélérer de 0 à 100 km/h en tout juste 7,8 secondes. Quant aux batteries standard de 39,2 kWh, elles alimentent un moteur de 100 kW (136 ch) délivrant lui aussi un couple de 395 Nm, avec une accélération à 100 km/h en 9,8 secondes. Le e-Niro est à traction avant, tout comme ses déclinaisons Niro hybrides et rechargeables.

Le e-Niro offre à son conducteur une large gamme de technologies qui améliorent l’efficacité des batteries et prolongent son autonomie, y compris freinage par récupération, contrôle de guidage à la décélération (CGC) et contrôle d’énergie prédictif (PEC). Ces technologies permettent au conducteur de recharger les batteries et de maximiser l’autonomie de son véhicule lors des décélérations ou freinages. Les contrôles CGC et PEC étant reliés au système de navigation, ils identifient à l’avance les changements de topographie de la route en amont et suggèrent au conducteur le moment opportun d’une conduite en décélération afin de récupérer de l’énergie électrique.

Répondre à cet article